Montauban-Toulouse : L’urgence absolue est d’arrêter l’immigration

Chronique de Paysan Savoyard

(n°83 – mars 2012)

 

Alors que les événements de Montauban et de Toulouse devraient le condamner de façon absolue et définitive, le Système va tout faire pour échapper à ses responsabilités et pour au contraire tirer parti de ce lamentable épisode.

Gauche et droite confondues vont prétendre en boucle que l’immense majorité des musulmans n’ont rien à voir avec le terrorisme et l’islamisme. Que l’État ne se laissera pas intimider. Qu’il faut affirmer l’unité nationale face au terrorisme… La droite au pouvoir ajoutera pour son compte que les services de renseignements sont efficaces, déjouent des attentats tous les jours et que le président fait face dans la tempête…

Les événements qui viennent de se produire fourniront l’occasion de saturer les médias d’images spectaculaires des interventions du Raid ou du GIPN ainsi que de photos du président, à la barre dans la crise, yeux cernés et mâchoires serrées, la mine grave et déterminée. Il n’est pas exclu que tout cela fonctionne et que M. Sarkozy puisse finalement tirer profit de cet événement calamiteux.

Et pourtant, au vu des éléments qui ont été à ce jour rendus publics, cette affaire met en évidence les résultats catastrophiques des politiques menées depuis des décennies et démontre la justesse des diagnostics posés par les « nationaux » et « identitaires » depuis trente ans.

1. L’événement illustre tout d’abord l’importance du phénomène d’invasion migratoire. Sur les huit protagonistes de l’affaire (les sept victimes et le tueur) la moitié sont originaires de l’immigration, les autres (les victimes juives) étant bi-nationaux. Cette séquence terroriste souligne en outre que les personnes originaires de l’immigration sont en nombre au sein de l’armée : le phénomène de remplacement de population touche désormais le cœur même des structures de l’État.

2. L’affaire de Montauban-Toulouse témoigne également de ce que les populations d’origine étrangère sont massivement installées dans le communautarisme : les personnes d’origine africaine et maghrébine conservent leur culture, leurs prénoms, leur religion ; les juifs fréquentent pour certain d’entre eux des institutions communautaires ; remarquons également que presque toutes les victimes ont été enterrées à l’étranger. La France est devenue non seulement multiraciale mais également multiculturelle.

3. Cet épisode terroriste vient encore une fois montrer que l’immigration s’accompagne nécessairement d’une importation sur notre territoire des tensions et des conflits extérieurs, en particulier le conflit israélo-arabe et les conflits au sein de la zone arabo-musulmane. Il n’est pas exclu par exemple que le terroriste de Toulouse ait pu bénéficier de l’aide de tel ou tel réseau lié à un ou plusieurs États étrangers.

4. Cette affaire de Montauban Toulouse illustre le fait que la délinquance est dans la plupart des cas attribuable à des personnes d’origine immigrée. Avant de devenir djihadiste, le tueur avait été un délinquant.

5. L’affaire démontre enfin qu’un incroyable laxisme s’est installé dans notre pays. Le tueur était un délinquant multirécidiviste. Il avait été condamné à de nombreuses reprises, notamment pour des faits de violence, et emprisonné quelques mois. Il avait effectué un séjour en Afghanistan et au Pakistan, foyer du djihadisme international, séjour à propos duquel il avait été interrogé à son retour par les services de renseignements Français, sans autres conséquences.

Si la France n’était pas devenu un pays scandaleusement laxiste, un tel individu aurait dû être mis en prison depuis longtemps et pour une longue durée, compte tenu de sa nocivité. Il aurait dû à tout le moins être étroitement surveillé. Or au lieu de tout cela, cet individu paraît-il « fiché » était non seulement parfaitement libre d’aller et venir, mais il n’était même pas surveillé de façon efficace puisqu’il a pu se procurer armes et explosifs et procéder à trois actions terroristes en quinze jours avant d’être stoppé.

Cette affaire met dès lors en lumière les différents aspects du laxisme qui prévaut : le laxisme des dispositions du code pénal ;  l’état d’esprit complaisant de la plupart des juges ; les ordres laxistes donnés aux policiers ; l’incompétence de certains hauts responsables policiers ; les réductions de moyens accordés à la police.

Les représentants du Système vont affirmer bien sûr que les constatations relatives à cette affaire ne peuvent être généralisées. Nous affirmons le contraire : l’affaire de Montauban-Toulouse illustre, concentre et résume parfaitement plusieurs aspects essentiels de la société Française en train de se construire. Elle recèle tous les ingrédients des catastrophes en cours et à venir.

**

S’ils sont rationnels les Français devraient en tirer les évidentes conclusions :

– Il faut remettre de l’ordre dans le pays : en durcissant le code pénal pour mettre à l’écart les récidivistes ; en renvoyant les délinquants étrangers et naturalisés ; en augmentant les effectifs de police.

– Il faut avant tout interrompre d’urgence l’immigration. Tous les phénomènes catastrophiques que cette affaire illustre – délinquance, communautarisme, terrorisme – sont directement liés à l’immigration. Si l’immigration n’est pas stoppée sans délai, ils ne pourront que s’amplifier.

L’arrêt immédiat de l’immigration, légale et illégale, est donc la première priorité nationale, devant laquelle toutes les autres devraient s’effacer.

Sous le mandat de M. Sarkozy, l’immigration a augmenté de façon encore plus folle que sous les gouvernements précédents ; la délinquance violente n’a cessé de croître ; le communautarisme s’est étendu, avec l’assentiment et la collaboration active des pouvoirs publics et de la classe dirigeante dans son ensemble. Si malgré tout cela, l’affaire de Toulouse-Montauban profite à M. Sarkozy et lui permet d’être présent au second tour de l’élection présidentielle, il restera alors à conclure qu’une grande partie des électeurs sont tout simplement d’incurables imbéciles, indignes du pays qui les a vus naître.

 

Chronique parue sur Fdesouche le 25/03/12

Publicités