Fdesouche… entre la poire et le fromage

 

Chronique de Paysan Savoyard

(n°133 – février 2016)

 

Urbain Dumonde et Pierre Desavoye dînent ensemble chaque mois. Ils ne sont généralement d’accord sur rien et ne se convainquent jamais l’un l’autre. Au contraire leurs conversations les renforcent dans leurs convictions opposées: c’est pourquoi d’ailleurs ils les apprécient. La dispute porte ce soir-là sur le site Fdesouche, dont Pierre est un lecteur régulier. Urbain se refuse à fréquenter ce site nauséabond.

Urbain – Ce site n’est pas crédible. Je sais : tu vas me dire qu’il ne reprend que des articles déjà parus ailleurs et que du coup les articles de Fdesouche ont la même crédibilité que ceux des médias dans lesquels ils ont été publiés initialement. Mais vous êtes malhonnête quand même parce que vous sélectionnez uniquement les articles qui vous arrangent. Cette sélection provoque un prisme déformant. Je prends l’exemple des faits divers impliquant les immigrés. Même si vous en truffez votre site, ils ne représentent tout de même que peu de choses. L’immense majorité des immigrés ne sont pas délinquants.

Pierre – Il n’y a pas que les articles de Fdesouche qui conduisent à penser que la plupart des actes délinquants sont commis par des immigrés, il suffit de regarder les prisons.

Urbain – La sur-délinquance immigrée, en admettant qu’elle existe, ne prouve pas que l’immigration soit en soi en problème, contrairement à ce que vous dites. Si les immigrés sont délinquants c’est évidemment parce qu’ils appartiennent à des milieux en difficulté et qu’en plus ils sont victimes du racisme.

Pierre – Je me doutais de ta réponse et je connais ton amour pour le social et ton goût pour l’auto flagellation. Mais je suis d’accord avec toi : les quelques centaines de faits divers que Fdesouche publie ne prouvent pas par eux-mêmes que l’immigration soit une catastrophe. Mais je te signale qu’il y d’autres informations données par le site qui échappent à ta critique de la sélectivité orientée et malhonnête.

Urbain – Ah oui ? Par exemple ?

Pierre – Eh bien par exemple Fdesouche publie régulièrement des déclarations du patronat français ou européen en faveur de l’immigration. Le site les met en exergue bien sûr, de façon à ce que les lecteurs du site prennent bien conscience que tout le monde est d’accord pour l’immigration, partis de gauche et partis de droite, patrons et syndicalistes, gauchistes et capitalistes. Le site sélectionne cette information et la met en exergue. Mais cela ne biaise pas l’information pour autant. Cela ne diminue pas pour autant sa crédibilité. Ces déclarations du patronat sont des faits, bruts, significatifs, incontestables.

Urbain – Admettons. Mais la partialité du site est tout de même évidente. Vous ne sélectionnez que ce qui parle des trains qui arrivent en retard. Or il y a des choses qui marchent !

Pierre – Tu reprends en gros le même argument que pour la délinquance. Mais là ça ne fonctionne plus. Fdesouche veut montrer que les sociétés multiculturelles et multiraciales sont nécessairement violentes et que ça se termine toujours dans le sang. Où sont les articles dans les autres médias qui illustrent et démontrent le contraire ? Où sont les articles qui montrent qu’il y a, au contraire de ce que raconte Fdesouche, des sociétés multiculturelles heureuses et apaisées ? Où sont les trains qui arrivent à l’heure ? Même l’Obs et le Monde ne parviennent pas à trouver des trains qui arrivent à l’heure dans les sociétés multiculturelles…

Urbain – Je vais te donner un exemple de prisme déformant. Fdesouche multiplie les articles qui montrent des immigrés radicalisés, délinquants ou hostiles à l’Occident et aux Blancs. Or il y a beaucoup d’immigrés qui sont intégrés, qui travaillent, qui sont pacifiques et qui pratiquent un islam modéré et tranquille. Et vous n’en parlez pas.

Pierre – D’accord, les articles que le site publie sur les immigrés radicalisés, haineux et hostiles à l’Occident ne prouvent pas que tous les immigrés sont sur ce modèle. Les articles de l’Obs, du Monde, de Libé ou les reportages télé visent à faire passer l’idée que les immigrés pour la plupart ne posent pas de problème. On nous montre et on interroge des immigrés qui travaillent, qui ont de bons résultats scolaires et qui ont l’air sympathiques. Mais ces articles et ces reportages ne nous montrent jamais des immigrés devenus de vrais Français.

Urbain – Tu veux dire qu’ils n’ont pas de béret ni de baguette sous le bras ?

Pierre – Très drôle. Ce que je veux dire c’est que les « bons immigrés » mis en avant par la presse du régime travaillent, ont de bons résultats scolaires, ne sont pas intégristes, pas délinquants et pas haineux. D’accord. Mais ces « bons immigrés » ont aussi toujours ces trois caractéristiques : ils ont quelque chose à revendiquer, leurs droits, et des choses à dénoncer, le racisme, la discrimination. Ils sont toujours pour l’immigration et contre la fermeture des frontières. Ils sont toujours musulmans même s’ils sont modérés. Autrement dit, ils sont et restent avant tout des immigrés, qui se situent eux-mêmes en dehors de la communauté nationale. Des immigrés devenus Français comme toi et moi, Le Monde ou Libé, malgré tous leurs efforts, n’en trouvent pas. Et pour cause il n’y en a pas. Ou s’il s’en trouve quelques-uns, ce sont seulement des exceptions.

Urbain – De toute façon le site Fdesouche est biaisé par nature parce que vous ne parlez que de deux ou trois sujets : l’immigration, la délinquance, la corruption des politiques. La vie ne se résume pas à ça ! Et l’économie ? Et l’environnement ? Et la qualité de l’alimentation ? Et tout ce qui va bien, les sports, les arts ? Vous n’en parlez pas, ou seulement pour parler du lien éventuel avec l’immigration.

Pierre – D’abord le site parle d’économie. Il y a eu des milliers d’articles parus sur les questions économiques et écologiques. Et là encore ces articles montrent que la classe dirigeante est unanimement en faveur du mondialisme économique, comme elle l’est en faveur de l’immigration.

Urbain – Sois honnête. Tous ces thèmes tiennent une place mineure sur le site. Vous ne parlez pas des difficultés de la sécurité sociale, ou de l’école, ou du droit du travail, ou des inégalités de revenus, ou des impôts. C’est pourtant important non ?

Pierre – Oui c’est important bien sûr. Mais si Fdesouche n’en parle pas, ou peu, c’est que c’est beaucoup moins important que l’immigration et ses conséquences. Tous les sujets dont tu parles sont sérieux bien sûr, mais ils ne sont pas vitaux. On peut se remettre de difficultés économiques graves ou de catastrophes environnementales. On peut se remettre de la guerre, d’un raz de marée, de la famine, d’une pandémie meurtrière et même d’une explosion nucléaire. Parce qu’il y a forcément des survivants et que ceux qui ne sont pas morts reconstruisent. On ne peut pas se relever de l’invasion migratoire parce que le peuple et sa civilisation ont alors disparu. Par exemple les Égyptiens de l’Égypte antique ont connu des guerres, des famines, des massacres, des invasions de criquets. Ils ont survécu à tout cela et ont duré mille ans. Une fois qu’ils ont été envahis, ils ont disparu. Il ne reste plus que des tombeaux.

Urbain – C’est reparti sur le catastrophisme. Là encore ça ruine la crédibilité du site : vous parlez de deux ou trois thèmes seulement et en réalité toujours plus ou moins d’un seul : l’immigration. Vous êtes obsédés. C’est de la pathologie mentale. Du coup vous ne pouvez que faire fuir.

Pierre – Oui c’est vrai l’immigration est mise en exergue et est en filigrane derrière tous les articles de Fdesouche ou presque. Mais ce n’est pas pour autant un parti pris pathologique. Si l’on admet, comme nous le pensons, que l’immigration est un problème vital, et même le seul à l’être, alors il est rationnel et légitime de le traiter de façon privilégiée ou même obsessionnelle, comme nous le faisons. Lorsque quelqu’un est atteint d’un cancer, il est logique qu’il en fasse sa priorité, qu’il ne pense pas à grand-chose d’autre, qu’il mette toute son énergie dans le traitement et qu’il laisse un peu de côté ses problèmes de lumbago.

Urbain – Toujours est-il que la tonalité du site est constamment noire, catastrophiste. C’est lassant. Vous faites fuir par une grille de lecture catastrophiste. Les choses ne sont jamais blanches ou noires. La réalité est toujours plus complexe que les lectures monocolores. Le catastrophisme n’est pas crédible. C’est too much. C’est repoussoir.

Pierre – Mon cher, cette idée « tout n’est jamais blanc ou noir » sert de prétexte à l’inaction pour tous ceux qui ne veulent pas se mouiller. De même l’idée que « tout n’est jamais totalement catastrophique » rassure ceux qui n’ont pas le courage de regarder la réalité en face. Mais ces idées toutes faites sont fausses. Eh bien si, il y a des situations catastrophiques, où il n’y a rien de positif ou le négatif domine et emporte tout ! Par exemple les journalistes ou les observateurs qui traitent de la Syrie ne parlent que de massacres, de famines, de torture, de guerre. Personne ne songe à leur dire qu’ils voient tout en noir ! Personne ne leur reproche de ne parler que des trains en retard ! Personne ne leur reproche de faire du catastrophisme ! Quant à ceux qui ne veulent pas entendre parler des catastrophes, libres à eux de détourner le regard. Mais la politique de l’autruche n’a jamais été réputée pour protéger du pire.

Urbain – La malhonnêteté c’est que vous forcez la main du lecteur. C’est du matraquage. Ce qui serait honnête c’est de laisser les gens se faire leur propre avis.

Pierre – On voit que tu ne viens jamais sur le site. Ce que tu dis est faux. Fdesouche ne propose pas d’analyses clés en main engageant le site. Il n’y a pas de manifeste, de déclaration de principes, ou de texte de cadrage. Les commentaires ne sont visibles que des connectés. Lorsqu’il y a des tribunes libres elles n’engagent pas le site. Je crois même que, pour renforcer encore l’objectivité du site, les tribunes libres vont être publiées ailleurs. Fdesouche c’est une accumulation de faits. Le lecteur est libre d’en tirer la conclusion qu’il veut. Mais la plupart des gens qui refusent de fréquenter le site en prétendant que Fdesouche n’est pas crédible, craignent en fait d’être dérangés dans leurs certitudes. Ils préfèrent enfouir la tête dans le sable.

Urbain – Bon nous arrivons au moment fatidique de nos conversations où la tension monte un peu et où il vaut mieux passer à autre chose. Bon comment ça va le boulot ?

Pierre – Et comme d’habitude je constate que tu n’as pas usurpé ton prénom. Oui, oui le boulot ça va. Et toi, comment ça se passe à MSF? Les malheurs du monde te permettent toujours de t’éclater ?

Urbain – Bon allez à dans un mois.

 

Chronique parue sur Fdesouche le 28/02/16

Publicités