Annulation du concert de rap à Verdun : La France en guerre civile froide

Chronique de Paysan Savoyard

(n°140 – mai 2016)

 

  • Annulation du concert de rap à Verdun : la France en guerre civile froide

Dans le cadre des commémorations officielles du centenaire de la bataille de Verdun, un concert du rappeur Black M était prévu à destination des jeunes.

Les textes du rappeur sont comme on peut s’y attendre marqués par la haine de la France et des Français. Le tableau est complet : l’apologie de la violence (Sexion d’assaut), la revendication islamique (pays de Kouffars), la proclamation raciale (Black M). La plupart des productions de rap, textes et vidéos, sont de la même eau : apologie de la drogue, de la délinquance et de la violence, haine de la police, mépris des femmes, mépris des homosexuels, appropriation des Blanches par les Noirs.

Ces incantations agressives sont admises par les pouvoirs publics alors qu’elles entrent fréquemment en contradiction avec la loi (notamment lorsque l’incitation à la violence et la sédition sont explicites). Elles sont tolérées alors qu’elles attisent à l’évidence les tensions et les ressentiments. Dans le même temps les déclarations d’un Jean-Marie Le Pen par exemple, pourtant bien plus soft que les textes de rap, font l’objet de condamnations médiatiques immédiates, fréquemment accompagnées de sanctions pénales.

Le rappeur avait été invité à l’initiative du maire socialiste de Verdun, sur la suggestion croit-on comprendre d’un conseiller de l’Elysée. Le projet de concert ayant été rendu public par la « Fachosphère » (à l’initiative du site Fdesouche), il a déclenché la protestation de la droite et même de certaines personnalités de gauche, qui ont dénoncé l’insulte aux morts de Verdun et l’idée stupide d’organiser un concert de rap pour commémorer une bataille meurtrière. Le concert ayant finalement été annulé, diverses personnalités de gauche ont condamné cette décision, dénoncé les censeurs et souhaité l’organisation d’un nouveau concert (signalons par exemple la déclaration du ministre de la culture, Mme Azoulay, estimant que l’annulation du concert relevait d’un « ordre moral nauséabond »).

Ce nouvel épisode le confirme. La France est irréductiblement divisée. Deux camps se font face. Les uns haïssent la France traditionnelle et les Français de base, leurs cadres de pensée, leurs mœurs, leurs traditions. Ceux-là ont fait alliance avec les immigrés, qui sont le plus souvent musulmans, souvent délinquants, souvent hostiles à la France, aux Français, aux Blancs. C’est l’alliance des mondialistes et des immigrés, qui ont un ennemi en commun : la France Française. Dans le camp opposé, les Français moyens se sentent agressés et menacés, sans savoir comment réagir.

La France, en réalité, est d’ores et déjà en état de guerre civile. C’est une guerre des idées et des mots. Elle se livre dans les médias et devant les tribunaux, par des livres, des chansons, des affiches, des films. Une guerre civile, mais une guerre froide. Pour l’instant.

 

  • Les casseurs des manifestations anti loi du travail : la France divisée contre elle-même

Les manifestations contre le projet de modification du code du travail donnent lieu à des dégradations et à des violences contre la police. La chose dure depuis des lustres, en marge des grandes manifestations de gauche (CPE, manifestations étudiantes…) : voitures brûlées, devantures de banques cassées, magasins pillés, policiers caillassés. Les casseurs sont de deux types. Les « jeunes des quartiers » d’une part, qui pillent les magasins et agressent au passage les bolos Blancs des manifs. Les militants d’ultra gauche d’autre part (anarchistes, antifas…), en petit nombre mais spécialement vindicatifs. Les deux types de casseurs, que tout sépare par ailleurs, sont unis par deux aspects : l’attrait de la violence et la haine des flics.

Si les jeunes des banlieues proviennent de l’immigration commencée dans les années soixante-dix, les casseurs de l’ultra gauche sont issus d’une tradition bien plus ancienne. Les mouvements violents de la gauche anti-système (terroristes d’Action directe dans les années soixante-dix, terroristes anarchistes au début du vingtième siècle…) trouvent en effet leur origine dans la révolution française. Unis contre l’Ancien régime, les révolutionnaires sont entre eux violemment opposés : vont s’affronter à coups de tribunaux expéditifs et de guillotine les tenants de la révolution « libérale » (girondins, thermidoriens…) et ceux de la révolution « communiste » (Marat, Hébert, Robespierre, Baboeuf…). C’est au courant communiste de la révolution que prennent leur source les différents mouvements anti système.

La France depuis deux cents ans est profondément divisée. Les Français haïssent des Français. Les gens sont prêts à se tuer les uns les autres pour des raisons politiques. C’est parce qu’elle est à ce point divisée que la France est aujourd’hui menacée dans son existence même.

 

  • Le divorce sans intervention d’un juge : le travail de sape contre la famille continue

L’assemblée nationale vient de voter un amendement visant à faciliter le changement d’état-civil des transsexuels. Quelques jours plus tôt elle avait voté une mesure de simplification du divorce : désormais le divorce par consentement mutuel pourra s’effectuer devant notaire sans intervention d’un juge.

Le travail de sape contre la famille, cellule de base de l’organisation sociale, continue. Il s’agit de mettre en cause les uns après les autres les cadres traditionnels de la société française et européenne, tels que la famille et la différenciation sexuelle.

Ces « progrès sociétaux » viennent après d’autres, à commencer par le mariage homosexuel. D’autres projets sont à l’étude : par exemple la suppression de toute mention du genre à l’état civil.

S’il est un secteur où le mandat de M. Hollande aura été productif c’est bien celui des mœurs et des cadres d’organisation sociale. La gauche détient encore le pouvoir pendant un an et s’efforcera probablement d’introduire d’autres « avancées » de ce genre. En sachant qu’une fois revenue au pouvoir la pseudo droite ne les remettra pas en cause…

 

Publicités