L’intégration des immigrés est impossible

Chronique de Paysan Savoyard

(n° 171 – janvier 2017)

 

A ceux qui s’inquiétaient des conséquences de l’immigration, les immigrationnistes ont répondu pendant des années que les difficultés d’intégration concernaient surtout « les immigrés de la deuxième génération », venus en France dans le cadre du regroupement familial. Les choses se régleraient d’elles-mêmes, nous disait-on alors, avec les générations suivantes, qui elles allaient naître en France.

C’est le contraire qui s’est produit : les immigrés de la troisième et maintenant de la quatrième génération, nés en France pourtant et y ayant toujours vécu, posent des problèmes d’intégration plus graves que leurs ascendants et qui ne cessent de s’alourdir.

Que dire à toutes ces personnes de bonne volonté et quelque peu naïves qui ne comprennent pas pourquoi l’intégration est aussi difficile et qui se demandent ce que nous devrions faire pour qu’elle se produise enfin ?

La vérité est toute simple : il n’y a rien à faire. L’intégration ne s’est pas faite, elle ne se fait pas et elle ne se fera pas. Parce qu’elle est impossible.

 

  • Les immigrés ne s’intègrent pas

De multiples signes, tous convergents, montrent que les immigrés ne sont nullement en voie d’intégration. La délinquance, attribuable pour l’essentiel à l’immigration, reste à un niveau élevé. L’islam et le communautarisme musulman sont chaque jour plus présents dans la société française, accompagnés d’une augmentation continue des revendications, des exigences et des récriminations. Les attentats islamistes croissent en nombre et en gravité. Le rap occupe une place dominante dans la culture des « quartiers » : il y diffuse des textes et des images agressifs et haineux à l’égard de la société française et de la population de souche. Nombre de ces quartiers ont fait sécession et vivent depuis des décennies hors-la-loi ou plus exactement selon la loi fixée par les caïds et les islamistes.

Ce sombre tableau a conduit les immigrationnistes à réviser leur discours à plusieurs reprises. Après avoir invoqué « l’assimilation » souhaitable des immigrés, ils se sont rabattus sur « l’intégration » : on attendait des immigrés qu’ils s’intègrent c’est-à-dire qu’ils puissent conserver une partie de leur culture et de leurs coutumes mais en rejetant le communautarisme et en adoptant à titre individuel les valeurs essentielles de la république, comme la laïcité.

L’intégration s’étant révélée elle aussi un échec, l’oligarchie a adopté depuis une quinzaine d’années le concept du « vivre ensemble » : il s’agit de faire en sorte que les différentes communautés qui se sont constituées puissent coexister, en espérant que cette cohabitation reste pacifique (voir également cette chronique).

 

  • La société française a pourtant consenti des efforts considérables

Pourtant la société française a consenti d’importants efforts en faveur des immigrés. Elle en accueille chaque année un grand nombre. Ceux qui entrent de façon irrégulière ne sont pas expulsés mais au contraire régularisés au bout d’un certain temps. La nationalité française est accordée chaque année à un grand nombre d’immigrés (automatiquement dès la naissance, ou à 18 ans, ou sur demande, selon les cas ; voir cette chronique).

Les immigrés bénéficient des mêmes droits que les Français (droits du travail ; accès aux services publics ; accès aux aides sociales). Etant le plus souvent dans une situation sociale moins favorable que la moyenne de la population, ils reçoivent en pratique davantage d’aides que les Français de souche. Même les immigrés en situation irrégulière bénéficient de droits sociaux, tels que l’AME.

Les quartiers où habitent les immigrés sont destinataires en outre d’importantes dépenses publiques (politique de la ville ; ZEP). Des mécanismes de « discrimination positive » ont été mis en place au profit des immigrés, à l’embauche dans les grandes entreprises ou à l’entrée dans certaines grandes écoles.

Les immigrés, enfin, sont autorisés à pratiquer leur religion et à conserver une partie de leurs coutumes : ils reçoivent même une aide des pouvoirs publics pour construire des mosquées.

Même si les immigrés et les immigrationnistes militants considèrent qu’ils sont encore insuffisants, il n’est pas niable que ces efforts sont considérables. Ils constituent d’ailleurs, avec le chômage, l’une des sources principales de l’augmentation continue des impôts, des taxes, des déficits et de la dette publique.

Et en dépit de ces efforts indéniables, l’intégration des immigrés ne se réalise pas.

 

  • L’intégration est impossible parce que les immigrés n’en veulent pas

La raison en est simple : il n’y a pas et il n’y aura pas d’intégration parce que les immigrés n’en veulent pas. Au contraire : il apparaît que non seulement la majorité des immigrés ne se vivent pas comme Français, mais ils sont emplis de ressentiment et d’agressivité à l’égard de la France et des Français de souche européenne. Une partie non négligeable même nous hait.

Il y a sans doute de braves gens parmi les immigrés. Mais même ceux-là partagent, au moins en partie, les discours des radicaux et ils devront de toute façon suivre le mouvement impulsé par les leaders islamistes et communautaristes.

Il y a quatre raisons convergentes à ce ressentiment et à cette haine qui dominent chez les immigrés, s’agissant du moins des immigrés venus d’Afrique et du monde musulman.

Les immigrés en France et en Europe, première raison, se trouvent le plus souvent dans une situation d’infériorité symbolique. Ils occupent des emplois peu valorisants, vivent fréquemment dans des quartiers périphériques et sont pour la plupart moins riches que la moyenne des Français. Beaucoup rencontrent des difficultés sociales. Ils sont souvent en échec scolaire. Cette position inférieure est une conséquence inévitable de la condition même de l’immigré, par définition moins favorable que celle des autochtones. Elle provoque chez eux frustration, colère, ressentiment. Ces sentiments négatifs sont attisés par les immigrationnistes militants, qui encouragent les immigrés à se poser en victimes des injustices, des discriminations et du racisme (lesquels pourtant sont le plus souvent imaginaires).

La deuxième source du ressentiment irréductible des immigrés à notre égard tient à l’Histoire. L’Afrique du Nord et le Proche Orient, d’où sont issus beaucoup d’immigrés, ont depuis toujours été en conflit avec l’Occident (conquête arabe, croisades, colonisation, guerres de décolonisation). Depuis des siècles en outre, les Africains et les Arabes sont dominés par les Blancs : domination physique et géopolitique (esclavage, colonisation), domination culturelle, technique, scientifique. Ce passé de conflit et de domination fait écho à la position d’infériorité que les immigrés connaissent aujourd’hui dans les pays d’accueil. Il accroît encore leur frustration et leur dépit.

Troisième source du ressentiment et de la haine : la plupart des immigrés sont musulmans. Or l’islam présente différentes caractéristiques qui interdisent l’intégration des immigrés en Europe. C’est une culture qui rejette plusieurs aspects importants auxquels tiennent aujourd’hui les Européens (la laïcité, le statut de la femme…). C’est une culture fondée sur un texte sacré dans lequel la dimension violente et guerrière est fortement présente. C’est une culture, enfin, qui est en guerre avec l’Occident chrétien depuis son origine (VIIsiècle).

Il est une dernière raison à cette situation, peut-être la plus puissante. Les immigrés Africains et orientaux ont tous bien conscience de ce qui est en train de se passer. Ils savent qu’ils sont en train d’envahir l’Europe. Ils savent que leur nombre augmente de façon continue. Ils savent que la couche supérieure des sociétés européennes (les dirigeants des entreprises, les politiciens, les journalistes, les antiracistes, les humanitaires, les chrétiens…) approuve l’arrivée massive des immigrés ou, en tout cas, refuse de s’y opposer. Ils savent que tous les Européens ou presque sont amollis et faibles et ne sont pas prêts, mentalement et physiquement, à s’opposer à l’invasion et à la domination des immigrés. Le ressentiment des immigrés s’accompagne dès lors désormais d’un sentiment de puissance : ils savent qu’ils tiennent enfin leur revanche et qu’ils vont pouvoir laver les humiliations subies depuis des siècles.

Dès lors la question n’est pas d’augmenter nos efforts. Tout effort supplémentaire de la société française en faveur des immigrés ne sera pas ressenti par eux comme un signe de bonne volonté mais comme une nouvelle preuve de notre faiblesse et de notre naïveté. Aucun geste supplémentaire de notre part en faveur de l’intégration et du vivre-ensemble ne pourra provoquer l’apaisement et désarmer l’hostilité des immigrés : il ne fera qu’augmenter leur mépris.

**

Que les naïfs, les doux et les généreux acceptent enfin de regarder la réalité en face. Que les bienveillants, les tolérants et les pacifistes abandonnent, avant qu’il ne soit trop tard, leurs illusions moralement confortables. Que les militants du « vivre ensemble » sortent de leur état d’aveuglement volontaire. Il n’y a aucune chance que les immigrés s’assimilent. Il n’y a aucune chance pour qu’ils s’intègrent (voir également cette chronique).

Il n’y a aucune chance même que la coexistence puisse rester pacifique. Tous les pays musulmans ou presque sont en guerre avec d’autres. Tous les pays où existe une importante communauté musulmane sont en guerre civile ou en prennent le chemin. De façon plus générale, tous les pays multiculturels et multiraciaux sont en guerre civile, en tension grave ou en conflit latent.

La question n’est plus de savoir comment intégrer au mieux les immigrés. Pour les Français comme pour tous les Européens, l’enjeu désormais est d’une autre nature et se résume simplement. Soit la majorité des personnes originaires de l’immigration non européenne s’en vont et regagnent leurs pays d’origine, grâce à différentes politiques de renvoi forcé (pour les délinquants et les clandestins), de suppression des aides et avantages sociaux dont bénéficient les immigrés et d’incitations au départ volontaire : nous pourrons alors rester maîtres chez nous, continuer à y vivre paisiblement et préserver notre civilisation.

Dans le cas contraire nous serons rapidement marginalisés en tant que peuple et nous disparaîtrons en tant que civilisation.

Sera venu alors le temps de la Soumission.

Publicités