Pourquoi Zemmour peut battre Macron

Chronique de Paysan Savoyard

(n° 247 – Juin 2021)

Eric Zemmour envisage sérieusement désormais d’être candidat. Il s’agit là d’une excellente nouvelle. Tandis que la défaite de Marine Le Pen, si elle accède au deuxième tour, est écrite d’avance, Zemmour, lui, s’il passe le premier tour, peut battre Macron au second. Il dispose en effet de plusieurs atouts qui pourront s’avérer décisifs.

  • Simple, clair et centré sur l’essentiel, le programme de Zemmour possède la force de l’évidence

Face au sujet majeur de l’immigration, les différents politiciens en lice, de Mélenchon à Le Pen, de Macron aux dirigeants LR, ont tous le même discours alambiqué, hypocrite, flou et vain : maîtriser l’immigration, lutter contre l’immigration clandestine, combattre l’islamisme radical, promouvoir l’islam républicain… Ces déclarations sans contenu en forme de rideau de fumée sont désormais sans impact sur une population française qui, les sondages le montrent, a massivement conscience désormais de la catastrophe à l’œuvre.

Le discours de Zemmour au contraire possède la force de la clarté et de la simplicité et sera immédiatement compréhensible par tous les secteurs de l’électorat, même les moins formés et les plus éloignés de la chose politique. Face au grand remplacement en train de se produire, la France court un danger mortel : si l’invasion n’est pas interrompue, la France disparaîtra à brève échéance, en tant que peuple, en tant que nation, en tant que civilisation.

« Approuvez-vous la liste des mesures destinées à arrêter l’invasion de la France et à permettre aux Français de rester maîtres chez eux et de conserver leur identité ? » : en faisant de l’arrêt de l’invasion la priorité absolue de son mandat et en promettant d’organiser sur cette question un référendum quelques semaines après l’élection, Zemmour tiendra un langage à la portée de tous et qui offrira un espoir crédible et tangible aux Français, aujourd’hui majoritairement gagnés par l’inquiétude, l’angoisse et la peur de l’avenir.

  • Zemmour ne vient pas de l’extrême-droite

Zemmour n’est pas un Français de souche. Il est juif. Il ne vient pas de l’extrême-droite. Il n’est pas lié à la famille Le Pen. Il n’est ni militaire, ni adepte des arts martiaux ou du tir sportif. Il est un nouveau venu en politique tandis que Marine Le Pen a déjà été deux fois battue. Son profil évitera à E. Zemmour la plupart des attaques, injustes au demeurant, qui ont été adressées à Jean-Marie Le Pen et aujourd’hui à sa fille. Jean-Marie Le Pen avait la stature de l’homme d’Etat. Seul contre tous, pendant des décennies, il a prévenu les Français de ce qui allait se passer. Mais, dans la France moderne et républicaine, sa personnalité était trop marquée du sceau de l’Ancienne France pour qu’il puisse être entendu. Zemmour sera une cible moins facile à viser.

E. Zemmour n’est pas haut-fonctionnaire ou technicien de la finance comme peut l’être Macron : mais ses succès de débatteur, son audience d’essayiste et son statut d’intellectuel reconnu le placent d’emblée au même niveau que lui.

Journaliste et polémiste, facilement blagueur et séducteur, aussi à l’aise sur les plateaux télé qu’il est emprunté face à un public venu l’écouter, Zemmour n’apparaissait pas jusque-là comme disposant des prérequis de l’homme d’Etat. Mais l’importance de l’enjeu, la gravité de la bataille qui s’engage et son courage incontestable vont lui permettre de s’étoffer et d’acquérir un autre statut.

Journaliste politique pendant une partie de sa carrière, au Figaro notamment, Zemmour connaît personnellement la plupart des personnalités de la droite. A la différence de Marine Le Pen, définitivement marginalisée dans la classe politique, Zemmour possède les relais qui lui permettront de s’adresser de façon crédible à l’électorat conservateur.

  • Zemmour dispose d’une tribune quotidienne

Grâce à l’émission de Cnews, Zemmour bénéficie d’une tribune télévisuelle quotidienne et d’un relais sur les réseaux sociaux. Il s’agit là d’un avantage décisif, hors de portée de Marine Le Pen. Macron lui-même ne dispose pas d’une tribune quotidienne comparable. Certes E. Zemmour perdra cette tribune au moment même où il officialisera sa candidature. Aussi la déclarera-t-il le plus tard possible.

En dépit de cette présence quotidienne sur CNews, en dépit également de sa participation passée à certaines émissions grand public ou de ses chroniques d’alors sur RTL, E. Zemmour n’est pour l’heure véritablement connu que des personnes intéressées par la politique, soit environ un tiers de l’électorat. Cependant au fur et à mesure que sa candidature deviendra toujours plus probable, sa notoriété ne cessera de grimper. A cet égard la réaction violente et inévitable de Marine Le Pen donnera à la candidature de Zemmour un écho grandissant.

  • Zemmour peut dominer Macron dans le débat d’entre-deux tours

Son atout majeur est celui-là : Zemmour peut dominer Macron dans le débat d’entre deux tours, qui à lui seul peut faire basculer l’élection. E. Zemmour dispose pour ce faire des qualités nécessaires : la capacité d’exposer ses positions avec conviction et clarté, le sens de la formule, la capacité de répartie, la maîtrise des données historiques, géopolitiques et de l’histoire des idées… Pour mettre Macron en grande difficulté, il lui suffira de citer ses nombreuses déclarations favorables à l’immigration et au multiculturalisme et hostiles à la France française, à ses traditions et à son histoire.

A l’inverse, les graves limites de Marine Le Pen, techniques, intellectuelles et comportementales, sont depuis 2017 présentes à l’esprit de tous, y compris dans son électorat. Elle est de ce fait définitivement disqualifiée pour prétendre occuper des fonctions présidentielles et de gouvernement. S’il se retrouvait face à elle une nouvelle fois, Macron la dominerait encore plus aisément qu’il y a quatre ans, renforcé qu’il sera par son expérience du pouvoir et par l’aura attachée à la fonction qu’il viendra d’occuper.

**

Pour les quatre raisons qui viennent d’être énumérées, E. Zemmour peut battre E. Macron. Les sondages qui testent les différentes candidatures possibles accordent actuellement à E. Zemmour un score de 11 à 13 %, nettement inférieur certes à celui dont est à ce stade créditée Marine Le Pen. Ce score de 11 à 13 % peut pourtant être considéré comme très élevé, compte tenu du déficit de notoriété de E. Zemmour dans la population générale. On rappellera qu’en 2017 le ticket d’entrée au deuxième tour n’était que 21 %, score atteint par Marine Le Pen, tandis que deux autres candidats, Fillon et Mélenchon, parvenaient à un score très proche.

Face à la perspective d’une nouvelle défaite du Rassemblement national et d’une nouvelle déroute pour la France française, la candidature d’Eric Zemmour ouvre enfin une perspective, dans un horizon jusqu’ici totalement bouché.

Macron, un bourgeois français de souche, a opté pour la finance et la mondialisation. Zemmour, un juif du peuple originaire d’Afrique du Nord, a lui choisi la France et les Français. Saurons-nous saisir ce qui est peut-être l’une de nos dernières chances ?

Voir également ces chroniques :

La colère contre-productive de Marine Le Pen. Le cynisme souriant et efficace d’E. Macron

La ligne bleue Marine du Front national : Quelle erreur ! Quel contresens ! Quel gâchis !

La feuille de route politique ? Immigration, invasion, référendum !