M. Macron, l’employé modèle du Système

Chronique de Paysan Savoyard

(n°200 – mai 2018)

 

L’anniversaire de l’élection de M. Macron permet de dresser un premier bilan. Au terme de cette première année de pouvoir macronien, on peut constater que les évolutions à l’œuvre depuis quatre ou cinq décennies sont en train de s’accélérer : M. Macron conduit de façon efficace la politique mondialiste, libérale et immigrationniste pour laquelle le Système l’a choisi.

 

  • Macron-Rothschild est comme prévu le président des riches

Conformément aux vœux de ceux qui l’ont porté au pouvoir, après l’avoir sélectionné et financé sa campagne, la politique de M. Macron est favorable aux plus riches.

L’ISF a été remplacé par un impôt (l’IFI) qui ne pèsera plus que sur le patrimoine immobilier. Alors qu’ils constituent la plus grosse partie du patrimoine des plus riches, les actifs financiers vont donc désormais être exonérés.

L’impôt sur les revenus du capital est lui fortement réduit. Au lieu d’être imposés à l’impôt sur le revenu, comme ils l’étaient sauf exception jusqu’à présent, impôt sur le revenu dont le taux maximum est de 45 %, les revenus du capital seront désormais soumis à un « prélèvement forfaitaire unique » de 12,80 % (en comptant les cotisations sociales, d’un niveau très inférieur à celles qui pèsent sur le travail, le PFU total sera de 30 %).

Selon le président PS de la commission des finances, le gain de ces deux réformes, IFI et PFU peut être estimé à 1,5 million d’euros par an en moyenne pour chacun des cents premiers contribuables à l’ISF.

M. Macron vient en outre d’annoncer la suppression de « l’Exit tax », que M. Sarkozy avait instituée afin de freiner l’exil fiscal (cette taxe pèse sur les plus values constatées lorsqu’un contribuable transfère son domicile fiscal à l’étranger).

Enfin M. Macron a également annoncé la baisse prochaine de l’impôt sur les bénéfices des sociétés.

Dans le même registre, on peut noter que le nombre des travailleurs détachés s’est envolé en 2017, au bénéfice des employeurs et au détriment des salariés et petits artisans français : il atteint 516 000, soit une hausse de 46 % par rapport à 2016 (étant précisé, qui plus est, que ce chiffre ne comprend ni le secteur du transport routier ni les nombreux travailleurs non déclarés).

Comme le dit perfidement M. Hollande, son successeur est moins le président des riches que celui des hyper-riches.

 

  • Les militants et électeurs de la gauche anticapitaliste, « idiots utiles » du Système

Dans ce contexte, les différentes nuances et factions de la gauche anti-capitaliste (communistes, trotskystes, socialistes marxisants, écologistes, anarchistes) se mobilisent contre la politique menée par M. Macron. Le résultat de M. Mélenchon, qui a obtenu 7 millions de voix en 2017, a montré que ce courant politique est toujours bien vivant et puissant : il représente environ 20 % de l’électorat qui s’exprime, soit un score comparable à ceux qu’atteignait le PCF à son apogée.

Ce courant comporte une avant-garde violente, composée des Antifas, Black-blocs et autres casseurs, qui se manifeste régulièrement. On se souvient de l’agression de policiers à Viry-Châtillon en 2016. Ces derniers mois les casseurs se sont manifestés à Notre-Dame-des-Landes, dans les blocage des facs et lors du 1er mai. On peut relever également les fréquentes agressions de militants et de cadres d’extrême-droite, telle que celle dont vient d’être victime R. Ménard (on notera que cette agression a été applaudie sur les réseaux sociaux par un grand nombre de commentateurs appartenant à la gauche anticapitaliste). Cette avant-garde poursuit la tradition violente qui est celle de la gauche communiste depuis 200 ans ; nous y reviendrons.

Pour le Système, cette gauche anticapitaliste joue un rôle très positif. Elle permet à M. Macron de se poser en modéré et en réaliste face aux différents extrémismes de gauche et de droite : il peut ainsi mener une politique favorable aux riches, tout en paraissant occuper le centre de l’arc politique. En outre M. Macron sait qu’il retrouvera les suffrages de la plupart de ces électeurs d’extrême-gauche au moment décisif dans quatre ans. Les militants et électeurs de la gauche anticapitaliste jouent donc à la perfection le rôle « d’idiots utiles » que le Système attend d’eux.

 

  • Le totalitarisme doucereux accentue son emprise

Même s’il se présente de façon doucereuse et hypocrite, le Système mondialiste, immigrationniste et libéral-libertaire est un totalitarisme. La première année de pouvoir de M. Macron vient le confirmer.

Sous le prétexte de lutter contre l’incitation à la haine, le Système continue ainsi à harceler les dissidents. Les militants de Génération identitaire qui, pour dénoncer l’immigration, avaient en 2012 occupé pacifiquement pendant quelques heures une mosquée en construction ont été lourdement condamnés il y a quelques semaines (5 militants ont été condamnés à 1 an de prison avec sursis, 5 ans de privation de droits civiques et 40 000 euros d’amende au total).

Jean-Marie Le Pen a été condamné une fois encore (sa condamnation pour des propos « haineux » contre les Roms vient d’être confirmée le 6 mars par la Cour de cassation). E. Zemmour vient lui aussi d’être condamné une nouvelle fois, le 3 mai, pour des propos « haineux » contre l’islam. Ces derniers jours, le Système vient de faire fermer les comptes de Génération identitaire sur les différents réseaux sociaux.

Comme l’a noté J.Y. Le Gallou, la fermeture des comptes de Génération identitaire illustre éloquemment le fait que le Système a la maîtrise de la totalité des lieux de pouvoirs et d’expression. C’est ainsi que le patron de Facebook France qui a fermé le compte n’est autre qu’un préfet, proche de M. Sarkozy : il a répondu à la demande du gouvernement et notamment à celle d’un autre préfet, responsable de la Dilcra, organisme officiel de l’antiracisme.

Comme ses prédécesseurs, le pouvoir macronien illustre également un autre aspect du totalitarisme à l’oeuvre : l’arbitraire et le deux poids-deux mesures. Pendant que les dissidents anti Système sont condamnés et interdits, les casseurs et Black-blocs bénéficient de la plus grande mansuétude. L’agresseur principal des policiers de Viry-Châtillon est déjà sorti de prison. De même les centaines de rappeurs haineux ne sont jamais poursuivis. Les multiples discours de haine tenus par les immigrés sur les réseaux sociaux ne font l’objet d’aucune répression. Tandis que les très rares et très limitées actions hostiles contre les mosquées ont été lourdement condamnées, alors qu’elles se limitent à quelques tags, les actes de vandalisme contre les églises se multiplient sans provoquer de réaction du Système.

L’illustration la plus criante de ce deux poids-deux mesures est toute récente : tandis que, comme on l’a indiqué plus haut, les militants ayant occupé une mosquée vide et en construction viennent d’être lourdement condamnés, une manifestation de « sans-papiers », bruyante et provocatrice, avec banderoles et slogans hurlés par haut-parleur, a été organisée, avec l’appui du parti de M. Mélenchon, à l’intérieur même… de la basilique St-Denis, sans que les pouvoirs publics aient déclenché aucune poursuite.

Dans ce même registre du deux poids-deux mesures et du laxisme à géométrie variable, on notera que la réduction de la vitesse sur les routes à 80 km/h va permettre d’accentuer la politique d’intimidation des Français moyens.

Le Système attend probablement une occasion favorable pour se débarrasser des dissidents et pour faire taire ses plus sérieux opposants, en particulier Eric Zemmour et Renaud Camus. Il se dit que le pouvoir a mis au point depuis déjà plusieurs années le scénario d’un attentat d’extrême-droite manipulé ou fabriqué de toutes pièces, qui pourra être monté en épingle et permettra de justifier des mesures radicales contre les dissidents.

 

  • Le rythme de l’invasion migratoire organisée par le Système s’accroît encore

M. Macron avait annoncé qu’il considère l’immigration comme une chance : l’accélération de l’invasion depuis qu’il est arrivé au pouvoir n’est donc pas une surprise. Les chiffres de l’immigration atteignent de nouveaux records, qu’il s’agisse des installations légales (+ 13 % en 2017 par rapport à l’année précédente), des demandes d’asile enregistrées (+17 %), des demandes d’asile satisfaites (+21 %) ou encore des visas délivrés (+13 %). C’est ainsi que le nombre des installations légales d’immigrés en 2017 a atteint le record de 262 000.

M. Macron est actuellement en train de faire passer un projet de loi « asile et immigration » qui ne contient que des mesures « bidon » contre l’immigration clandestine, tandis que d’autres mesures, précises et efficaces celles-là, vont accentuer l’immigration (voir cette chronique). Là encore, face aux protestations en sens opposé de l’extrême-gauche d’une part, de la droite et de l’extrême-droite d’autre part, M. Macron occupe la posture du juste milieu : il parviendra ainsi sans difficulté à abuser l’opinion et à la convaincre que son projet est raisonnable, à la fois humaniste et ferme, alors qu’il est en réalité destiné à accentuer l’immigration.

Notons enfin sur le chapitre de l’immigration que, comme ses prédécesseurs, M. Macron multiplie les concessions et les accommodements envers les immigrés. C’est ainsi que s’organisent de plus en plus souvent ces derniers mois des réunions publiques interdites aux Blancs. On imagine la réaction du pouvoir si l’extrême-droite se mettait à organiser des réunions interdites aux Noirs et Arabes…

**

Comme on pouvait le prévoir (voir ces chroniques), M. Macron, plus habile et efficace que ses devanciers, se comporte comme un employé modèle du Système.

Publicités

Le projet de loi immigration : Des mesures de durcissement « bidon » cachant plusieurs dispositions qui accentueront l’invasion

Chronique de Paysan Savoyard

(n°197 – avril 2018)

 

Le projet de loi du gouvernement intitulé « Pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif » se présente comme un texte équilibré. Il affirme viser à la fois l’ouverture – améliorer l’accueil des personnes en situation régulière – et la fermeté – éloigner plus efficacement du territoire les personnes en situation irrégulière -.

En réalité le caractère équilibré du projet est factice et la fermeté affichée un trompe-l’œil : les mesures de durcissement que le projet contient sont des mesurettes « bidon » visant à camoufler et à faire passer en douceur les autres dispositions du texte, qui sont elles destinées à accroître l’immigration.

Nous citerons ci-après les principaux articles du projet de loi et certains passages importants, avec le numéro de page correspondant, de l’étude d’impact annexée au projet. Nous renvoyons d’autre part à cette précédente chronique, dans laquelle figure une présentation générale du dispositif de l’asile.

 

  1. Les flux d’immigration ne cessent d’augmenter

Il faut rappeler tout d’abord le contexte dans lequel ce projet s’inscrit : le rythme de l’immigration s’est encore accéléré depuis que M. Macron a été élu.

  • L’immigration régulière

Les immigrés non européens entrés de façon régulière en France métropolitaine pour s’y installer (regroupement familial, étudiants, immigration de travail, asile) ont été 267.000 en 2017. Ce nombre, en augmentation de 14 % par rapport à l’année précédente, constitue un record, jamais atteint jusqu’à présent (voir cette chronique).

  • Les demandes d’asile

Les demandes d’asile sont elles aussi en augmentation constante. En 2017 elles se sont élevées à 92.830 (73.689 premières demandes + 19.141 mineurs accompagnant le demandeur). Ce nombre, en augmentation de 18 % par rapport à l’année précédente, est là aussi un record (pages 29 et 58 de l’étude d’impact).

Encore faut-il ajouter à ces chiffres les « demandeurs placés sous procédure Dublin », c’est-à-dire les personnes demandant l’asile en France alors qu’elles sont entrées en Europe dans un autre pays que la France (les accords de Dublin prévoient d’une part que c’est le premier pays dans lequel l’étranger a été enregistré qui doit traiter la demande d’asile, et d’autre part que l’étranger concerné, s’il a gagné un autre pays d’Europe, doit être reconduit dans le pays qui traitera sa demande).

Le nombre des « dublinés » entrés en France en 2017 et ayant présenté une demande d’asile est de près de 30.000 personnes. Le nombre total de nouvelles demandes d’asile présentées en France, mineurs accompagnants compris, atteint donc en 2017,  121.200 (p. 10).

  • Les demandes d’asile satisfaites

Les demandes d’asile satisfaites augmentent elles très fortement. En 2017, l’asile a été accordé à 35.825 personnes, soit une hausse de 56 % par rapport à l’année précédente (p. 21 et 30).

  • Les naissances

Rappelons également que les naissances issues de l’immigration continuent à augmenter également : elles atteignent environ 300.000 (voir cette chronique).

En additionnant l’immigration régulière (près de 300.000 donc désormais), l’immigration irrégulière (au moins 100.000, parmi lesquels en particulier les déboutés de l’asile) et les naissances (300.000), et en déduisant les quelques départs et les décès, on peut estimer que le nombre des immigrés qui naissent ou s’installent en France métropolitaine est compris entre 400 et 500.000 par an.

 

2. Des mesures nouvelles sont prises année après année pour améliorer la situation des immigrés et accroître encore les flux d’immigration

Les droits des immigrés ne cessent d’être étendus :

  • Les recours suspensifs

Par exemple une loi de 2012 a décidé que l’entrée irrégulière en France ne constituerait plus une infraction pénale. Par exemple encore, une loi de 2015 a prévu que tous les recours introduits devant le juge par un demandeur d’asile contre une décision négative de l’OFPRA seront suspensifs (p. 23).

  • L’augmentation des places d’hébergement

Des places d’hébergement supplémentaires à destination des demandeurs d’asile ont été créées ces dernières années et d’autres le seront encore (les demandeurs dès lors qu’ils ont déposé une demande d’asile ont en effet le droit d’être hébergés gratuitement par l’Etat pendant la durée de l’instruction de leur dossier) : 20.000 places ont été créées entre 2012 et 2017, permettant d’atteindre 87.000 places ; 12.500 nouvelles places d’hébergement seront encore créées en 2018 et 2019 (p. 12, 24, 59, 66).

  • L’augmentation des aides financières

Les aides financières accordées aux demandeurs d’asile ne cessent, elles aussi, d’être augmentées. La loi sur l’asile de 2015 a institué une allocation pour demandeurs d’asile (ADA) qui vient remplacer les allocations précédentes. Le nombre des personnes percevant une allocation à ce niveau a doublé, passant de 45.000 en 2015 à 120.000 en 2017.

Par ailleurs, les capacités d’hébergement des demandeurs d’asile étant inférieures aux besoins, 65.000 demandeurs perçoivent une allocation compensant le fait qu’ils ne sont pas hébergés. Le Conseil d’Etat ayant jugé le niveau de cette allocation insuffisant, elle a été augmentée. Le même Conseil d’Etat ayant de nouveau estimé l’allocation insuffisante, celle-ci va faire l’objet d’une nouvelle augmentation (p. 21,25, 58).

  • L’accueil des réfugiés répartis par l’UE

Un délégué interministériel chargé de l’accueil et de l’intégration des réfugiés a été nommé pour coordonner la mise en oeuvre de l’engagement de la France d’accueillir 10.000 réfugiés dans le cadre des programmes de « réinstallation » de l’Union européenne (p. 12).

  • La politique immigrationniste de l’UE

L’Europe parallèlement poursuit sa politique immigrationniste. Elle vise, premièrement, à harmoniser la politique d’asile dans tous les Etats (en transformant des directives en règlements et en créant une agence européenne de l’asile). Elle vise, deuxièmement, à répartir les demandeurs d’asile entre les Etats. Elle a pour objectif, troisièmement, d’augmenter les droits des demandeurs d’asile (notamment le droit au recours devant un juge pour toutes les décisions négatives prises par l’administration y compris des décisions de gestion ou de procédure ; ou encore le droit à l’assistance juridique et à la représentation gratuite devant le juge…).  Dans cette perspective, 7 nouveaux textes proposés par la Commission en 2016 sont en train d’être discutés au sein des instances de l’UE (p. 26, 28). Il est à relever également que de nombreuses mesures favorables aux immigrés prévues par le présent projet du gouvernement (voir ci-après) sont la transposition de directives européennes.

Toutes ces mesures ont pour effet, et pour objet, de renforcer l’attractivité de la France et de favoriser la croissance des flux d’immigration.

 

  1. Les mesures de durcissement introduites par le projet de loi sont des trompes-l’œil

Dans ce contexte où les droits des immigrés et les aides dont ils bénéficient ne cessent de s’accroître, le projet de loi « immigration et asile » prétend introduire différentes mesures de durcissement. Comme on va le voir celles-ci ne sont qu’un leurre.

31. Les mesures de durcissement sont de trois types :

  • Réduire le délai d’instruction des demandes d’asile pour réduire l’effet d’appel d’air

Le projet vise tout d’abord à réduire le délai de traitement des demandes d’asile, qui est actuellement de 11 mois en moyenne.

Il se trouve que le fait de déposer une demande d’asile ouvre le bénéfice de différents droits : droit au maintien sur le territoire pendant la durée de l’instruction, aide financière, hébergement…. (voir cette chronique). Dès lors, comme le note l’étude d’impact annexée au projet de loi (p. 46), des délais longs d’examen des demandes constituent une incitation à demander l’asile pour bénéficier de ces droits et pour tenter d’immigrer en France alors qu’on ne remplit pas les conditions de l’asile.

Pour réduire les délais, le gouvernement a fortement augmenté le nombre des postes administratifs et prévoit de les augmenter encore (p. 47). Dans la même perspective, le projet prévoit de réduire certains délais fixés par la loi : par exemple il prévoit de réduire de 120 à 90 jours le délai pendant lequel une personne peut déposer une demande d’asile après son entrée sur le territoire (article 5) ; ou encore de réduire de 1 mois à 15 jours du délai de saisine de la CNDA contre un refus de l’OFPRA (article 6).

  • Augmenter la durée maximale de la rétention pour augmenter le nombre des éloignements d’étrangers en situation irrégulière

Le projet de loi vise également, par différentes mesures, à améliorer l’efficacité des mesures d’éloignement des étrangers en situation irrégulière, notamment les demandeurs d’asile déboutés.

Par exemple dans le cas où un étranger fait l’objet d’une « décision l’obligeant à quitter le territoire » (OQTF) mais que l’autorité administrative lui a accordé un délai pour s’exécuter, le projet prévoit qu’elle pourra désormais désigner le lieu dans lequel l’étranger doit demeurer pendant ce délai (article 14). Par exemple également, le projet étend le nombre des motifs pour lesquels le délai de départ volontaire peut être refusé (notamment en cas d’usage de certains documents frauduleux) (article 11). Par exemple encore le projet prévoit que le recours devant la CNDA ne sera plus automatiquement suspensif lorsqu’il est introduit par un étranger originaire d’un pays sûr ou présentant une menace grave pour l’ordre public (article 8).

Le projet vise également à permettre l’assignation à résidence et le placement en rétention des demandeurs d’asile lorsque leur présence sur le territoire national constitue une menace grave pour la sécurité nationale et l’ordre public (article 18).

La mesure la plus significative consiste à augmenter la durée maximale pendant laquelle un étranger faisant l’objet d’une OQTF pourra être placé en centre de rétention administrative (CRA) afin d’organiser son éloignement. Le projet prévoit de faire passer cette durée de rétention de 45 jours, durée maximale actuelle, à 90 jours (en cas d’obstruction de la part de l’étranger, cette durée pourra même être augmentée de 3 fois 15 jours supplémentaires sur décision du juge saisi par l’autorité administrative) (article 16).

  • Différentes autres mesures restrictives concernent la garde à vue

Le projet prévoit une série d’autres mesures restrictives concernant la garde à vue pour vérification du titre de séjour (doublement de 12 à 24 h de sa durée maximale ; assouplissement de la possibilité de prendre des empreintes et des photos…) (article 19).

 

32. Ces mesures de durcissement constituent en réalité des mesurettes dérisoires

Ces mesures de durcissement sont en fait des mesurettes dérisoires. Elles ne sont aucunement de nature à faire cesser les détournements et les fraudes contre lesquels le projet prétend vouloir lutter.

  • Le détournement de l’asile, devenu une voie d’immigration

L’étude d’impact donne la liste des pays d’où sont originaires la plupart des demandeurs. Cette liste permet de constater que la procédure d’asile est détournée de son objet. Les demandeurs d’asile les plus nombreux viennent en effet de pays considérés comme « sûrs » : l’Albanie et le Kosovo (p. 45).

Parmi les demandeurs d’asile les plus nombreux figurent également les Haïtiens, qui affluent en Guyane française pour y demander l’asile. Il s’agit là encore d’un détournement manifeste, Haïti étant un pays sûr du point de vue des critères de l’asile (p. 48).

Les demandeurs d’asile en provenance de ces pays sûrs seront finalement déboutés. Mais ils auront bénéficié pendant toute la durée de l’instruction de leur demande de l’aide accordée aux demandeurs d’asile (hébergement, aide financière, soins gratuits…). Et surtout ils savent qu’une fois leur demande refusée, ils courent très peu de risques d’être expulsés.

On constate au passage que les demandeurs d’asile les plus nombreux viennent de pays qui n’ont rien à voir avec les régions en conflit au Moyen-Orient : contrairement à ce que le gouvernement a prétendu, l’explosion en cours du nombre des demandes d’asile est sans rapport avec les conflits syrien et irakien.

L’étude d’impact constate un autre détournement, qu’elle appelle les « pratiques massives de mouvements secondaires » de demandeurs d’asile. Sur le total des personnes qui entrent irrégulièrement en Europe (180.000 en 2017), un grand nombre se déplacent au sein de l’espace Schengen, soit pour rejoindre le pays qui était leur destination, soit pour échapper aux procédures de renvoi : « Ces mouvements secondaires sont très élevés et touchent tout particulièrement la France », dit l’étude. Une partie de ces mouvements sont stoppés à la frontière (en 2017, 85.408 refus d’admissions ont été prononcés aux frontières françaises, la plupart à la frontière italienne). Les contrôles aux frontières étant d’une efficacité limitée, beaucoup parviennent tout de même à entrer en France et y présentent une demande d’asile : ce sont les « dublinés ». Comme indiqué plus avant, le nombre des dublinés entrés en France en 2017 est de près de 30.000 personnes (p. 83 et 84).

Pour lutter contre le détournement du droit d’asile, le projet de loi prévoit, comme on l’a vu plus haut, de réduire les délais d’instruction des demandes d’asile. Cette mesure est évidemment dérisoire. En admettant que les délais en question parviennent à être effectivement réduits, on ne voit pas en quoi cette réduction pourrait diminuer l’incitation à venir en France pour demander l’asile. Les demandeurs d’asile viennent en France pour bénéficier des aides accordées aux demandeurs d’asile, certes. Mais surtout ils viennent en France dans l’espoir de s’y installer. Ils savent que même si leur demande d’asile est rejetée, ils courent très peu de risques d’être ensuite expulsés, comme on va le voir ci-après. La question des délais d’instruction n’est donc qu’un détail : la seule chose qui pourrait décourager les demandes d’asile serait que les déboutés soient systématiquement renvoyés. Or tel n’est précisément pas le cas.

  • La plupart des demandeurs d’asile déboutés ne sont pas renvoyés

 L’asile est devenu l’une des sources de l’immigration irrégulière : en effet la plupart des demandeurs d’asile déboutés de leur demande restent en pratique sur le territoire.

Les deux-tiers environ des demandeurs d’asile sont déboutés de leur demande, parce qu’ils ne remplissent pas les conditions prévues par la loi (en particulier parce qu’ils viennent d’un pays qui, du point du vue des critères de l’asile, est considéré comme « sûr »). Ces déboutés doivent en principe quitter le territoire. En pratique très peu s’en vont, soit volontairement, soit en étant reconduits.

Il faut voir tout d’abord que la décision de refus de l’asile n’équivaut pas à une décision d’expulsion. Seuls font l’objet d’une mesure d’expulsion les étrangers dont la présence constitue une menace grave pour l’ordre public (p. 130).

Les déboutés qui ne sont pas considérés comme présentant une menace font eux l’objet d’une décision de l’autorité administrative les obligeant à quitter le territoire française (OQTF). Cette décision, à la différence de la décision d’expulsion, doit être exécutée volontairement par l’étranger concerné. Il dispose pour ce faire d’un délai, de 30 jours en principe, afin de lui permettre d’organiser son départ. Si l’étranger débouté quitte volontairement le territoire, il bénéficie d’une « aide financière au retour ». En 2017, 85.268 décisions d’OQTF ont été prononcées, à l’égard de déboutés du droit d’asile et d’autres étrangers en situation irrégulière (p. 96).

Dans le cas où le débouté ne quitte pas volontairement le territoire, il peut être appréhendé et retenu dans un centre de rétention administrative (CRA) le temps d’organiser son éloignement du territoire français. La décision de placement dans un CRA est prise par l’autorité administrative pour une durée de 48 heures. La rétention peut être prolongée jusqu’à 45 jours au total sur décision du juge. Pendant le délai de la rétention, l’autorité administrative devra organiser son départ et obtenir en particulier du pays de destination un laissez-passer autorisant l’entrée de l’étranger reconduit. Si le laissez-passer est délivré dans le délai de la rétention, l’étranger est accompagné jusqu’à son pays. Si en revanche, à l’expiration du délai de 45 jours, les documents nécessaires ne sont pas réunis, l’étranger est libéré.

Dans la pratique, en dépit de l’aide accordée, le nombre de départs volontaires de déboutés est faible : en 2016, 4774 étrangers, enfants compris, ont regagné volontairement leur pays et ont bénéficié d’une aide au retour (p. 93).

Parmi les étrangers qui n’ont pas quitté volontairement le territoire, une partie sont appréhendés et placés en CRA. En 2017, 26.055 personnes ont été placées en rétention administrative en métropole (p. 119). On peut relever que ce nombre ne représente que moins d’un tiers des OQTF : les autres étrangers en situation irrégulière restent sur le territoire sans être inquiétés.

Parmi ceux qui sont retenus en CRA, seuls un petit nombre seront effectivement reconduits. En 2017, le nombre de personnes retenues qui ont été effectivement éloignées est de 8.689 (p. 119). Encore faut-il préciser que la moitié de ces éloignements concernent des « dublinés » éloignés vers un pays européen.

Autrement dit, sur les 85.000 étrangers en situation irrégulière ayant fait l’objet d’une OQTF, seuls 13 000 personnes environ quittent le territoire, soit de façon volontaire soit en faisant l’objet d’un éloignement.

Les obstacles à l’éloignement effectif des étrangers en situation irrégulière sont en effet nombreux :

  • L’obstruction des étrangers eux-mêmes

Les étrangers concernés ont recours à différents moyens d’obstruction pour empêcher leur éloignement : refus de déclarer leur identité ou leur nationalité pour retarder leur identification et faire ainsi échec à la délivrance d’un document de voyage dans des délais utiles ; recours dilatoires tels que le dépôt d’une demande de « protection au titre de l’état de santé » effectué quelques jours avant la date limite de rétention en CRA ; refus d’embarquer… Comme l’indique l’étude d’impact, « Ces possibilités d’obstruction sont connues et font de la France une destination attractive en Europe, considérant qu’il y est relativement facile de faire obstacle à l’éloignement… » (p. 120 et 126).

  • L’obstruction des pays d’origine des étrangers

Une grande partie des pays d’origine des étrangers en situation irrégulière en France font obstacle au retour de leurs ressortissants, soit par mauvaise organisation administrative, soit par mauvaise volonté. Les laissez-passer permettant l’entrée dans le pays étant délivrés par ces pays trop lentement, les étrangers concernés doivent être libérés, la durée maximale de rétention étant atteinte. L’étude donne la liste des nationalités qui peuvent difficilement être éloignées parce que les pays d’origine ne fournissent pas les laissez-passer dans les délais : Egypte, Maroc, Turquie, Mali, Bangladesh notamment (p. 121 et 123). L’étude ajoute que l’éloignement des étrangers issus de ces pays étant impossible à réaliser, ils ne sont en pratique pas placés en CRA (sic).

  • L’obstruction des juges

Les juges jouent en rôle majeur dans le fait que les déboutés et les autres étrangers en situation irrégulière restent en pratique sur le territoire.

Il faut voir tout d’abord que la loi attribue aux juges, qu’ils soient administratifs ou judiciaires, un rôle déterminant dans la mise en œuvre de la politique d’entrée et de séjour des étrangers en France, et ce à tous les stades de la procédure. Toutes les décisions administratives concernant les étrangers, premièrement, peuvent faire l’objet d’un appel devant le juge, à commencer par le refus d’entrée sur le territoire et le refus d’asile. De nombreuses décisions importantes concernant les étrangers, deuxièmement, sont prises directement par le juge. C’est par exemple le juge qui prend la décision de prolonger la rétention en CRA au-delà de 48 heures et c’est lui qui fixe la durée totale de la détention. Or la plupart des juges sont immigrationnistes et forment collectivement une corporation qui constitue un maillon essentiel du Système immigrationniste. C’est ainsi que les juges contribuent fortement à bloquer les éloignements d’étrangers en situation irrégulière. Les juges par exemple libèrent la plupart des étrangers retenus en CRA bien avant le délai maximum de 45 jours : en pratique la durée moyenne de séjour en CRA est de 12 jours.

  • L’obstruction des associations

Les associations jouent elles aussi un rôle déterminant en faveur de l’immigration. Ces associations sont soit des associations militantes (SOS, Ligue des droits de l’homme, LICRA…), soit des associations, également militantes, mais chargées en outre par l’Etat de gérer les procédures et les structures d’accueil des immigrés (France Terre d’Asile par exemple). Toutes vivent de fonds publics et jouent un rôle immigrationniste important. Elles jouent notamment un rôle important pour bloquer les éloignements d’étrangers. Pour ce faire leurs militants et leurs avocats conseillent et téléguident les immigrés pour les aider à utiliser toutes les ressources procédurales afin d’empêcher l’éloignement. Ils aident en particulier les étrangers à introduire un recours devant le juge contre toutes les décisions défavorables prises par l’administration, par exemple la décision de placement en CRA. Elles jouent en outre un rôle de pression sur l’administration, en alertant les médias et en mettant en avant un discours fondé sur le pathos.

Résumons. La plupart des demandeurs d’asile sont déboutés. Pendant la durée d’instruction de leur demande (1 an environ) ils seront hébergés et aidés financièrement, alors même qu’ils viennent de pays où ils ne sont pas menacés. Parmi les déboutés, le nombre de ceux qui quitteront le territoire, soit volontairement, soit après avoir été reconduits, est très faible. Selon les données EUROSTAT, le taux d’exécution français des mesures d’éloignement du territoire est de 13,49 %. (p. 124). On aboutit à cette situation : les personnes interdites de territoire y sont en réalité tolérées faute de pouvoir être éloignées. Conclusion : dès lors que l’on entre en France et que l’on y présente une demande d’asile, on a de grandes chances, débouté ou pas, de pouvoir rester sur le territoire.

On voit par là que les dispositions du projet de loi ne permettront en rien de changer cette situation. L’augmentation de la durée de rétention ne lèvera pas le principal obstacle à l’éloignement des immigrés en situation irrégulière qui est la mauvaise volonté des pays d’origine à accueillir leurs ressortissants : l’étude elle-même indique que cette difficulté « renvoie d’abord à des questions de négociations avec les Etats de retour » (p. 120).

Surtout, les principales mesures prévues par le projet (allongement de la rétention, allongement de l’assignation à résidence) dépendent des juges. Elles ne seront appliquées que si les juges le décident. Or comme on l’a vu plus haut, les juges en pratique libèrent les étrangers bien avant la durée maximale de rétention : l’augmentation de la durée maximale de rétention ne changera donc rien à la situation.

  • L’aide apportée aux demandeurs d’asile fait l’objet de fraudes et détournements

Le projet entend également lutter contre les diverses fraudes ou détournements qui concernent l’aide apportée aux demandeurs d’asile.

L’étude d’impact constate ainsi que des demandeurs déboutés continuent à bénéficier irrégulièrement d’un hébergement au sein des structures de l’asile. Il en est de même de personnes reconnues réfugiées ou en possession d’un titre de séjour (p. 59).

L’étude signale également que, compte tenu du nombre de places insuffisantes dans les centres d’hébergement des demandeurs d’asile, 5.000 demandeurs d’asile occupent des places dans l’hébergement d’urgence de droit commun, normalement destiné aux publics en difficulté, notamment les SDF (p. 63).

L’étude énumère diverses fraudes qui ont été constatées : la fraude consistant à présenter plusieurs demandes d’asiles sous différentes identités pour bénéficier de plusieurs aides (p. 61 et 64) ; le versement du « pécule additionnel à l’ADA », réservé aux demandeurs d’asile non hébergés, à des personnes qui en réalité sont hébergées (p. 25 ; 59 ; 63).

Or le projet de loi ne comporte pas de mesures de nature à lutter contre ces fraudes et détournements. Il se contente d’introduire la possibilité, en cas de fraude avérée, de retirer l’aide matérielle dont bénéficie le demandeur d’asile (article 9) : il ne prévoit pas en revanche de mesures permettant de détecter les fraudes. L’étude d’impact s’en tient à cette incantation : « Il reste à parachever un travail de fiabilisation des versements, de lutte contre les versements indus et de maîtrise de la dépense »… (p. 25).

Pour lutter contre les fraudes, le gouvernement a produit une circulaire, publiée le 12 décembre 2017, prévoyant que l’administration pourrait effectuer le recensement des personnes hébergées dans les structures réservées aux demandeurs d’asile. Cette circulaire a déclenché l’opposition virulente des « associations » gérant ces structures, qui ont déclaré qu’elles refuseraient de laisser s’effectuer ces recensements et ces contrôles.

 

  1. Le projet contient une série de mesures destinées à accroître encore le rythme de l’immigration

Non seulement les mesures de durcissement prévues par le projet sont des mesurettes mais il contient en plus une série de mesures destinées à accroître encore les flux migratoires.

  • Les réfugiés mineurs pourront désormais faire venir leurs frères et soeurs

Jusqu’à présent, lorsqu’un mineur obtenait le statut de réfugié, ses parents pouvaient venir le rejoindre et s’installer à leur tour en France. La loi prévoit que désormais pourront venir également ses frères et sœurs (article 3) : « Le projet de loi entend consolider le droit à la réunification familiale des mineurs… et préserver l’unité de leur cellule familiale » (p. 36).

  • Les étudiants étrangers seront encouragés à rester en France à l’issue de leurs études

Le projet veut encourager le maintien et l’emploi en France des étrangers à l’issue de leurs études. Les étudiants titulaires au moins du master qui prennent un emploi à l’issue de leurs études ainsi que ceux qui ont effectué des études en France et souhaitent y revenir pour occuper un emploi recevront une carte de séjour temporaire (article 21). De même les étudiants qui prennent un emploi en France à l’issue de leurs études pourront demander un titre de séjour de salarié, sans qu’on puisse leur opposer la situation de l’emploi (article 34).

Or la plupart des étudiants étrangers accueillis en France viennent d’Afrique ou de pays non occidentaux. Ces étudiants à l’issue de leurs études cherchent à rester en France : les études en France sont une voie d’immigration. On voit qu’avec ce projet le gouvernement veut encourager ce mouvement.

  • Le projet veut encourager la venue en France de jeunes « au pair »

Le projet veut également encourager la venue en France de jeunes au pair. Est ainsi créée une carte de séjour temporaire spécifique (portant la mention « jeune au pair ») destinée à toute personne âgée de 18 à 30 ans, venant en France pour améliorer ses capacités linguistiques et hébergée par une famille en contrepartie de la garde d’enfants et de menus travaux » (article 22). Il convient de décrypter ce nouveau dispositif : il vise à favoriser l’arrivée en France de ces personnes discrètes et fiables, venues par exemple des Philippines, dont raffolent les bourgeois des beaux quartiers pour la garde de leurs enfants.

  • Le projet contient plusieurs autres mesures favorables à l’immigration

On peut relever notamment les dispositions suivantes. Les bénéficiaires de la protection subsidiaire bénéficieront désormais d’une carte de résident de 4 ans au lieu d’un an actuellement (article 1). La carte de séjour pour les conjoints de Français et pour les personnes entrées dans le cadre du regroupement familial sera désormais renouvelée de plein droit (article 33). La condition de la régularité du séjour aujourd’hui opposée aux membres d’une famille de réfugiés statutaires pour la délivrance d’une carte de résident sera supprimée (article 2) : « elle constituait un obstacle au maintien de l’unité familiale » (p. 36). La peine de prison d’un an qui pouvait être appliquée à un étranger entré irrégulièrement en Europe sera supprimée (article 19).

  • Le projet vise enfin à faciliter la répartition des demandeurs d’asile sur le territoire

Il faut relever enfin que l’un des points du projet vise à faciliter la répartition des demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire. Chaque région française devra accueillir un certain quota de demandeurs d’asile, lesquels seront pour leur part tenus de résider dans la région que l’administration leur aura désignée (article 9) (p. 61 et 64).

**

Le projet de loi du gouvernement prend donc place dans la longue chaîne des décisions qui, depuis près de soixante ans maintenant, visent à susciter, encourager et organiser l’immigration massive. Non seulement les mesures de durcissement qu’il contient ne sont que des mesurettes, mais il comprend en outre un certain nombre de dispositions destinées à encourager l’immigration.

L’adoption de ce projet va donner lieu à l’opération de propagande classique. Les mesures de durcissement, en particulier l’augmentation de la durée de rétention, ne sont que factices : elles sont là pour constituer un « chiffon rouge » dont les militants immigrationnistes vont s’emparer afin de dénoncer un projet « contraire aux droits de l’homme et aux valeurs universelles ». Les protestations militantes permettront au gouvernement d’affirmer que le projet qu’il présente est « équilibré et mesuré mais ferme ». Et la plupart des électeurs, qui ne prendront pas le temps d’étudier le projet en détail, vont croire le gouvernement. Plus les associations pousseront des cris d’orfraies, plus la posture de fermeté adoptée par le gouvernement paraîtra crédible. Plus les immigrationnistes radicaux se mobiliseront, plus le projet sera perçu comme ferme, alors qu’il est en réalité destiné à accroître encore les flux migratoires. C’est la technique du jeu-de-rôles (voir cette chronique).

Si l’on voulait vraiment mettre fin à l’immigration irrégulière, il faudrait prendre de toutes autres mesures que celles prévues par le projet de loi : expulser toutes les personnes en situation irrégulière ; les incarcérer tant qu’elles n’ont pas quitté le territoire ; retirer aux juges le pouvoir de bloquer les expulsions ; cesser d’avoir recours à des associations immigrationnistes pour gérer l’accueil des immigrés. Pour arrêter l’invasion, il faudrait également décider l’arrêt de l’immigration régulière, interdire l’entrée de nouveaux immigrés sur le territoire et procéder à une remigration massive.

Tout cela bien entendu est aux antipodes des projets de M. Macron qui, rappelons-le, considère l’immigration comme « une chance, d’un point de vue économique, social et culturel ».

La trahison : la preuve par Trèbes 

Chronique de Paysan Savoyard

(n°196 – avril 2018)

 

En suscitant et en organisant l’invasion migratoire de l’Europe, la classe dirigeante nous trahit de façon délibérée. Aux naïfs qui n’en auraient pas encore pris conscience, l’attentat de Trèbes fournit à lui seul une triple démonstration.

 

  • Faire venir des Radouane Lakdim par millions

Le terroriste né au Maroc a pu entrer et s’installer en France alors qu’il était enfant, en bénéficiant du droit au regroupement familial. Chaque année plus de 90 000 immigrés s’installent légalement en France pour « motif familial » (voir cette chronique).

Le droit au regroupement familial a été instauré dans le but d’alimenter l’immigration de masse. Rappelons que celle-ci a pour la classe dirigeante un double intérêt : casser les salaires et dégrader les conditions d’emploi d’une part ; augmenter le nombre des consommateurs d’autre part. L’arrivée massive des femmes grâce au regroupement familial à partir du milieu des années soixante-dix a ainsi permis aux employeurs de maintenir des salaires faibles dans les secteurs où elles sont venues occuper les emplois (nettoyage, maisons de retraite…).

Les bien-pensants considèrent ce droit au regroupement familial comme une nécessité morale. Signalons leur, premièrement, que ce droit a été posé par la classe dirigeante en 1975 sans que le peuple de souche ait jamais été consulté. Indiquons, deuxièmement, qu’aucun principe supérieur ne nous oblige à accueillir les immigrés séparés de leur famille : si les immigrés veulent se regrouper, il leur est loisible de le faire en rejoignant leur famille restée au pays.

Si les Français veulent mettre fin à l’invasion, il leur faudra mener vis-à-vis des familles originaires de l’immigration une politique en trois volets. Arrêter, premièrement, toute immigration nouvelle, en supprimant notamment le regroupement familial. Réserver, deuxièmement, les allocations et prestations sociales à la population de souche européenne afin d’inciter les immigrés et leur famille à retourner dans leur pays. Accorder, troisièmement, une aide financière incitative aux familles immigrées qui font le choix de remigrer.

 

  • Donner la nationalité française à tous les Radouane, les Boubakar et les Fatoumata

Lakdim a bénéficié de la nationalité française. On la lui a donnée lorsqu’il avait quatorze ans. Rappelons que, comme lui, les personnes originaires de l’immigration obtiennent la nationalité française par centaines de milliers chaque année (soit à la naissance, soit par naturalisation ; voir cette chronique).

Cette politique d’attribution massive de la nationalité a un double fondement. Le premier est idéologique : la distribution de la nationalité est le reflet de la conception républicaine de la nation, constituée de citoyens censés adhérer aux mêmes « valeurs », indépendamment de leurs origines (voir cette chronique). La seconde motivation de la politique d’attribution massive de la nationalité est d’ordre tactique : en les transformant en Français, les immigrationnistes veulent rendre la présence des immigrés irréversible.

Si les Français veulent vivre et mettre fin à l’invasion, il leur faudra procéder à une opération générale de réexamen et de réattribution de la nationalité. La nationalité française ne serait réattribuée automatiquement qu’aux personnes dont les ancêtres sont Français ou Européens depuis plus de trois générations. Les immigrés non européens ne se verraient redonner la nationalité française que de façon exceptionnelle, pour services éminents rendus à la nation.

 

  • Ne jamais expulser les Radouane, les Abdelkrim et autres Djibril, même quand ils sont délinquants, même quand ils sont islamistes

Lakdim était un délinquant, bien identifié comme tel, condamné plusieurs fois et incarcéré en 2016. Il était en outre un islamiste, bien identifié également, fiché et paraît-il surveillé. En dépit de cette double caractéristique déplorable, les autorités françaises ne l’ont ni expulsé ni déchu de sa nationalité.

Il en est de même pour les centaines de milliers d’immigrés condamnés chaque année pour délinquance et pour les dizaines de milliers identifiés comme islamistes : alors qu’ils violent on ne peut plus gravement les lois les plus élémentaires de l’hospitalité, ces délinquants et ces islamistes originaires de l’immigration sont pourtant maintenus sur le territoire et conservent la nationalité française (le ministre Collomb a indiqué que seuls 20 islamistes avaient été expulsés en 2017 !).

Si les Français veulent vivre, mettre fin à l’invasion et redevenir maîtres chez eux, il leur faudra prendre trois mesures convergentes. Expulser les délinquants et les islamistes fichés, dès lors qu’ils sont étrangers ou naturalisés. Les placer en rétention dans l’attente de leur expulsion. Déchoir les naturalisés de leur nationalité (en attendant l’opération de réattribution générale de nationalité évoquée plus avant).

**

Ce n’est pas le nombre des immigrés présents en France, tout considérable et croissant qu’il soit, qui empêcherait les Français de procéder à une remigration massive s’ils en décidaient ainsi. Les Français de souche européenne, en effet, sont maîtres encore de tous les leviers : les rouages de l’Etat, l’armée, la police, les lieux de pouvoir économique…

Le drame de la France et de l’Europe est sa classe dominante : mondialiste et immigrationniste, elle trahit depuis près de soixante ans les intérêts vitaux des peuples français et européens. Au nom de l’édification d’un monde sans frontières, elle veut la disparition des sociétés et des nations européennes et la dilution des Européens dans une population renouvelée par l’immigration. C’est par l’éviction de cette classe dirigeante en situation de haute trahison que passe notre survie.

Les quatre temps de la décadence de l’Europe

Chronique de Paysan Savoyard

(n° 194 – mars 2018)

 

Les deux guerres mondiales ont constitué pour l’Europe, ses peuples et sa civilisation, une forme de tentative de suicide. Mais le processus de déréliction ne s’est pas arrêté là : la paix revenue, quatre autres catastrophes sont intervenues dans la seconde partie du vingtième siècle. Elles ont enclenché un processus de décadence, qui débouchera probablement sur la disparition même de la civilisation européenne. Nous illustrerons ces phénomènes en évoquant en particulier le cas de la France.

 

  • La société de consommation

A l’instigation et à l’imitation des Etats-Unis, l’Europe occidentale a dès les années cinquante entrepris d’organiser la société en fonction d’un objectif radicalement nouveau : la production et la consommation de masse. Le choix de remplacer dans le même mouvement la paysannerie traditionnelle par une agriculture de type industriel a produit ses effets en moins de deux décennies. L’édification de la société de consommation et l’adoption de l’agriculture à l’américaine se sont accompagnées d’un exode rural massif.

Dès lors la société a été profondément bouleversée. Elle était rurale : la grande majorité de la population vit aujourd’hui dans des agglomérations de grande dimension, abondamment pourvues de banlieues et autres « cités ». Elle était paysanne : les gens sont devenus ouvriers, employés, fonctionnaires. Elle était frugale : elle est aujourd’hui boulimique, obèse, source de gâchis, de pollution, d’enlaidissement et de prédation environnementale.

 

  • La victoire des conceptions individualistes et libertaires

Engagée dans les années soixante, à l’inspiration là encore de courants d’idées nés aux Etats-Unis, la révolution individualiste et libertaire a, elle aussi, provoqué des changements sociétaux majeurs. L’exaltation de l’individualisme hédoniste, le rejet de la religion catholique, de la famille traditionnelle, de la valeur travail et du principe d’autorité ont modifié en profondeur les équilibres sociaux. L’institution fondamentale qu’est la famille a été déstabilisée par la séparation des couples et la démission des adultes vis-à-vis des enfants devenus rois. Le militantisme homosexuel et féministe a apporté sa contribution à l’œuvre de destruction de la famille traditionnelle. Subissant les effets de la disparition de l’autorité, à laquelle s’ajoutent le processus de massification et les effets de l’immigration, l’école, autre institution importante, est en voie d’implosion. Quant à l’Eglise, confrontée à l’hostilité de la classe dirigeante républicaine, elle a choisi depuis cinquante ans de tenir un discours conforme à l’air du temps : elle ne joue plus dans ces conditions qu’un rôle insignifiant.

Débarrassé de ces cadres, structurants et protecteurs mais contraignants, libéré de tout interdit et délivré de toute appartenance, l’individu est seul désormais. Consommateur de drogue, de tranquillisants et d’antidépresseurs, abruti par les divertissements de toutes natures, il est désormais sans repères, sans cap, sans espérance.

 

  • La mondialisation économique

Dans les années quatre-vingt, a été mise en place une politique de mondialisation économique, impulsée là encore par les Etats-Unis et dont l’Union Européenne a été le relai et l’instrument. Elle a conduit, en France notamment, à la délocalisation de millions d’emplois dans les pays à bas coût. Afin de limiter les effets du chômage massif résultant des délocalisations et de la robotisation, un système d’assistanat à grande échelle a été organisé, complété par le recrutement de fonctionnaires, agents publics supplémentaires et autres « emplois aidés », le plus souvent inutiles.

Ces évolutions ont elles-aussi entraîné un bouleversement social majeur. La société était jusque-là assise sur le travail : l’assistanat et les emplois « bidons » que la sphère publique a multipliés ont ôté au travail sa valeur structurante. Cette société était relativement homogène : elle est en voie de désintégration. Trois groupes antagonistes se font face désormais. Fortement enrichis par les processus mis en œuvre depuis trois décennies, les capitalistes et les gagnants de la mondialisation, parties intégrantes de la jet set mondiale, ont rompu les liens avec le peuple. La masse des assistés et des immigrés vivent aux dépens de la classe moyenne, qui finance les politiques sociales. Coincée entre la classe dominante et les assistés, écrasée d’impôts et de charges, chassée du centre des grandes villes devenus hors de prix, la classe moyenne, elle, est en voie de déclassement. Dans les principaux pays d’Europe de l’ouest, la société est aujourd’hui profondément hétérogène et divisée (voir également cette chronique et celle-ci).

 

  • L’invasion migratoire

Dès les années soixante, la classe dirigeante a organisé une immigration massive, en provenance de pays non européens, africains en particulier. La première motivation de cette politique est l’intérêt : l’immigration exerce une pression à la baisse sur les salaires et les conditions d’emploi. Elle permet également d’augmenter le nombre des consommateurs. La seconde motivation de la politique immigrationniste est idéologique : la classe dirigeante européenne est universaliste et favorable à un monde sans frontières. L’influence des Etats-Unis joue là encore un rôle : pour la classe dirigeante européenne, la société multiraciale et multiculturelle américaine constitue un modèle.

Les flux migratoires ne cessent de s’amplifier : la politique de Grand remplacement s’étend et s’accélère. A ce rythme, les peuples d’Europe de l’Ouest seront minoritaires sur leur propre sol avant le milieu du siècle. A ce moment la civilisation européenne aura disparu.

**

Ces évolutions catastrophiques et le processus de décadence qu’elles ont initié ont deux sources. L’influence américaine, comme on l’a vu, est déterminante. Vainqueurs de la guerre mondiale et puissance dominante, les Etats-Unis ont cherché à appliquer leur modèle à toute l’Europe. Et les Européens, vassalisés, l’ont accepté avec enthousiasme.

La source première est cependant française. Ce sont bien les conceptions de l’Humanisme et des Lumières, l’individualisme, le matérialisme, la laïcité anticatholique, le progressisme et l’universalisme, qui constituent pour une bonne part le terreau idéologique sur lequel ont pris racine les choix effectués depuis cinquante ans. Nous y reviendrons.

Immigrationnisme : ils sont complices d’un crime et se voient comme des gens bien

Chronique de Paysan Savoyard

(n° 189 – novembre 2017)

 

Les immigrationnistes actifs et enthousiastes sont pour la plupart des Français moyens, qui n’occupent pas de poste de décision. Leur rôle est pourtant capital : sans l’implication quotidienne des immigrationnistes de base,  journalistes de terrain, cadres intermédiaires de la fonction publique, militants politiques ou syndicaux, bénévoles associatifs ou enseignants « engagés », la politique immigrationniste ne pourrait être appliquée ni relayée.

Les immigrationnistes ne sont pas tous actifs. Nombreux sont ceux que l’immigration massive n’enchante pas. Ils en voient les graves inconvénients et auraient préféré qu’elle ne se produise pas. Ils l’acceptent pourtant parce qu’ils refusent la mise en oeuvre des mesures qui permettraient de l’enrayer. Plutôt que de voir s’appliquer une politique de fermeté anti-immigration, qu’ils jugent immorale, ces immigrationnistes résignés préfèrent consentir à la poursuite du processus migratoire : ils votent en conséquence, pour barrer la route au parti anti immigration.

La position de ces immigrationnistes de base, actifs ou résignés, fait naître un triple paradoxe, que nous voulons ici mettre en évidence.

 

  • C’est au nom des valeurs européennes que les immigrationnistes vont détruire l’Europe

L’immigrationnisme découle pour une bonne part du désir de mettre en oeuvre les « valeurs » jugées fondamentales. Reprises à son compte par la république, qui à son tour prône l’égalité, la fraternité et l’universalisme, ces valeurs sont d’abord chrétiennes.

L’accueil des personnes issues du Tiers-Monde trouve ainsi pour une bonne part sa source dans le souci chrétien de l’Autre et de l’Etranger. De même la conception chrétienne selon laquelle les pauvres méritent une attention préférentielle explique puissamment la volonté d’accueil de personnes venues de régions du monde moins bien dotées. L’accueil d’immigrés qui au nom d’une religion différente se montrent souvent hostiles, se rattache sans conteste à l’amour chrétien dû aux ennemis.

De même encore, le principe chrétien d’expiation des péchés sous-tend les conceptions selon lesquelles l’accueil d’immigrés peut constituer une forme de réparation de l’esclavage et de la colonisation. L’idée que tous les hommes sont frères est en arrière-fond du point de vue immigrationniste, pour qui il serait immoral de se réfugier à l’intérieur de ses frontières et de se protéger de l’arrivée d’étrangers. Enfin, l’attachement chrétien à la paix joue sans aucun doute un grand rôle dans le refus immigrationniste d’envisager l’utilisation de moyens violents pour s’opposer à l’arrivée massive d’immigrés.

Nous avons dit à différentes reprises que ces conceptions chrétiennes, devenues républicaines, résultent d’une lecture erronée de l’Evangile, lequel n’a pas pour objet de proposer un modèle de société (voir notamment cette chronique). Le diagnostic a été posé de longue date : l’Europe se laisse désormais gouverner par « des idées chrétiennes devenues folles ».

Ce point, quoi qu’il en soit, mérite d’être relevé : qu’elles soient chrétiennes ou républicaines, les valeurs dont il s’agit sont en tout cas spécifiquement européennes. Elles ne sont pas partagées par les autres civilisations ou le sont seulement de façon partielle. C’est donc au nom de ces valeurs propres à l’Europe que les immigrationnistes contribuent à la mise en œuvre d’un processus qui conduira à sa destruction et à la disparition de ces valeurs mêmes. C’est là le premier paradoxe de l’immigrationnisme.

 

  • Les immigrationnistes sont souvent « des gens biens » : ils se rendent pourtant complices d’un crime de dimension historique

C’est le second paradoxe. Les immigrationnistes sont pour une bonne part « des gens biens » ou du moins sont-ils perçus comme tels. Leur activité professionnelle est souvent tournée vers le service public. Ils assument des engagements associatifs et se tiennent éloignés des comportements de prédation qui caractérisent l’économie moderne. Dans leur façon d’être quotidienne, ils s’efforcent souvent d’être attentifs aux autres, de rendre service à autrui, de jouer un rôle d’apaisement des conflits. Et ce sont ces « gens biens » qui, par leur choix immigrationniste, participent au crime le plus grave qui se puisse envisager : l’invasion organisée d’un continent entier, accompagnée de la destruction délibérée d’une civilisation.

Notons cependant que la bonté d’âme des immigrationnistes voisine souvent avec une hypocrisie aussi discrète qu’incontestable. Les immigrationnistes s’arrangent en effet souvent pour choisir un quartier ou un établissement scolaire fréquentés pour l’essentiel par une population « de souche », préférant laisser à d’autres les bienfaits de la diversité qu’ils ont fait profession de vanter.

Passons sur ce détail et revenons au propos initial. Les immigrationnistes sont des « gens biens » pétris de bons sentiments : et c’est en toute bonne conscience qu’ils participent à la mise en œuvre d’un projet criminel. Tel est le second paradoxe engendré par l’immigrationnisme. On notera que se reproduit ainsi le schéma inauguré par les communistes, devenus en termes de nombre de morts les plus grands criminels de l’Histoire au nom du principe de fraternité humaine.

 

  • Animé par la volonté de conjurer le racisme nazi, l’immigrationniste prépare le terrain d’un nouveau totalitarisme

L’immigrationnisme présente un dernier paradoxe. Pour une part non négligeable et peut être dominante, l’immigrationnisme est animé par le souci de conjurer le risque que ne se reproduisent les crimes nazis. Le nazisme comportait différentes dimensions et répondait à des causes nombreuses : la crainte d’une extension de la révolution communiste ; la réaction à l’humiliation du traité de Versailles ; la réaction à la crise économique des années 30 ; la lutte pour la suprématie en Europe. C’est cependant la dimension raciale et raciste du régime nazi que l’on retient exclusivement désormais. Tout le reste est devenu détail.

Cette focalisation sur la dimension raciste du nazisme a aujourd’hui cette conséquence décisive : les immigrationnistes considèrent que toute politique de fermeté à l’égard de gens d’une autre race conduirait inéluctablement à la mise en œuvre de solutions nazies. Mieux encore, toute prise en compte de la notion de race, toute allusion même au concept, s’apparentent pour eux au nazisme et sont donc à proscrire de façon absolue.

Se met ainsi en place le troisième paradoxe immigrationniste. Pour conjurer la tentation de se livrer de nouveau à des crimes racistes à grande échelle tels que ceux commis par les nazis, les immigrationnistes choisissent de contribuer à un crime encore plus grand : l’organisation délibérée de la submersion de l’Europe et l’éradication de sa civilisation.

Il faut également relever le point suivant. C’est par haine du nazisme, raciste et totalitaire, que les immigrationnistes consentent à l’invasion de l’Europe. Il se trouve que les envahisseurs de l’Europe, pour la plupart Africains, sont le plus souvent les adeptes d’une religion, l’islam, elle aussi conquérante, raciste et totalitaire, à l’image de ce qu’était le nazisme.

Le troisième paradoxe immigrationniste se dédouble donc. Pour ne pas reproduire un crime, les immigrationnistes en commettent un plus grand. Pour conjurer le totalitarisme nazi, totalitarisme du siècle précédent, ils font le lit de l’islam, totalitarisme du siècle présent.

 

 

Ecole : La mixité ethnique… mais pour les autres

Chronique de Paysan Savoyard

(n°168 – janvier 2017)

 

L’un des objectifs poursuivis par la classe dirigeante est de promouvoir « la mixité sociale », aussi bien dans l’habitat que dans les écoles.

Il figure dès la première page du site du ministère de l’éducation nationale, où la ministre met en cause « la ségrégation sociale » et « les processus de ségrégation et d’exclusion » qui aboutissent à ce que « 10 % des collèges accueillent moins de 15 % d’élèves d’origine sociale défavorisée, tandis que. 10 % en accueillent plus de 63 % ».

La ministre annonce les intentions du gouvernement : « Il est urgent que la mixité sociale ne soit plus un souhait ou une injonction pour devenir une réalité. (…) Nous mettrons ainsi un terme à cette situation scandaleuse qui conduit des générations d’élèves à grandir dans le même pays sans jamais se rencontrer véritablement ».

La politique de mixité sociale, on le voit, se drape dans les grands principes : égalité, refus de l’exclusion, lutte contre la ségrégation… Cette politique se veut morale : elle est en réalité hypocrite et d’essence totalitaire.

 

  • « Social » ? Comprendre « ethnique »

La classe dirigeante et ses porte-voix mettent en avant un objectif de « mixité sociale ». Ils se signalent ainsi par leur hypocrisie puisque ce n’est évidemment pas de mixité sociale dont il s’agit. Ce que les Français refusent pour la plupart, et que l’oligarchie veut leur imposer, ce n’est pas la cohabitation des cadres et des dentistes avec des employés de bureau, des ouvriers ou des plombiers zingueurs : ce dont il s’agit c’est de mixité ethnique. Les Français dans leur immense majorité font en sorte de ne pas avoir à côtoyer, aussi bien dans leur immeuble qu’à l’école, des personnes originaires de l’immigration : c’est ce à quoi la classe dirigeante veut porter remède.

Nous sommes là en présence de l’une des composantes de la novlangue utilisée par le Régime pour dissimuler la réalité. Dans le lexique politiquement correct imposé par l’oligarchie, la cohabitation avec les immigrés devient « mixité sociale ». Les racailles et les bandits de banlieues se transforment en « jeunes des quartiers ». Les zones où ne résident plus que des immigrés parce que les Blancs les ont fuies se dénomment « banlieues défavorisées ». La cohabitation forcée entre Français de souche et immigrés est appelée « vivre ensemble ».

 

  • Imposer le vivre ensemble alors que personne n’en veut

Les élites se réclament à tout instant de la démocratie, l’une des principales valeurs de leur république. Ils n’ont de cesse de fustiger l’extrême droite et les populistes accusés d’être en réalité hostiles à la démocratie.

Dans les faits ces démocrates mettent en œuvre des politiques qui vont à l’encontre des souhaits majoritaires. Ils ont ainsi organisé une immigration massive sans avoir demandé l’avis des populations et en sachant même que la majorité des Français y sont hostiles comme le montrent toutes les études d’opinion depuis des décennies.

Ils veulent maintenant imposer la « mixité » c’est-à-dire la cohabitation forcée avec les immigrés, notamment dans le cadre scolaire. Là encore la majorité des Français ne veulent pas de ce vivre ensemble. Pour éviter la cohabitation scolaire, ils ont recours de façon croissante aux établissements privés. Les chiffres qui viennent d’être publiés par le ministère de l’éducation nationale montrent qu’en dix ans, le nombre d’élèves entrant en 6e dans les collèges privés a augmenté de plus de deux points, atteignant 22 % du total.

Encore faut-il signaler que la fuite vers l’enseignement privé serait plus importante encore si les crédits affectés par l’Etat aux établissements privés sous contrat n’étaient pas toisés par la loi (celle-ci prévoit en effet que les effectifs du privé sous contrat ne doivent pas excéder un quart du total des élèves).

Le Monde, l’un des principaux porte-paroles de la classe dirigeante, déplore dans son édito du 06/01/17 que l’école soit impuissante à enrayer « les stratégies familiales et sociales » qui visent à scolariser les élèves dans des classes « beaucoup plus homogènes » dans « une logique sociale d’entre-soi ».

Poursuivant leur logique totalitaire (voir notamment cet article), les soi-disant démocrates qui nous gouvernent recherchent à tout moment les moyens d’imposer ce vivre ensemble dont personne ne veut.

 

  • La mixité, mais seulement pour les autres

Ces politiques de mixité « sociale » atteignent des sommets d’hypocrisie et de duplicité : les membres de la classe dirigeante s’arrangent en effet pour échapper eux-mêmes à la mixité qu’ils veulent imposer aux autres. Habitant les quartiers privilégiés et plaçant leurs enfants dans les établissements protégés, ils sont experts dans les stratégies d’évitement décrites par C. Guilluy.

Si l’on en croit les auteurs d’une enquête publiée en 2015, de nombreux membres de la classe dirigeante scolarisent ainsi leurs enfants à l’Ecole alsacienne, école privée parisienne socialement et scolairement hyper sélective et protégée de toute immigration. On trouve dans la liste les noms de chauds partisans du vivre ensemble et de la mixité sociale, notamment ceux de Martine Aubry, Alain Juppé, Arnaud Montebourg et Vincent Peillon (que cela n’a pas empêché de devenir ministre de l’éducation nationale).

**

Comme on le voit le culot des oligarques ne connaît décidément pas de limite. Non content d’être des traîtres, les membres de la classe dirigeante immigrationniste sont également d’incroyables tartuffes et des pharisiens de la pire espèce.

Un maire musulman à Londres : après le Remplacement, la Soumission

Chronique de Paysan Savoyard

(n°139 – mai 2016)

 

  • Un musulman maire de Londres : Grand remplacement et Soumission

Le nouveau maire de Londres sera donc un immigré d’origine pakistanaise et un musulman. L’événement est à mettre en exergue. Une grande ville européenne déjà, Rotterdam, avait élu, en 2009, un maire musulman, d’origine marocaine celui-là. L’élection du maire de Londres constitue une étape plus significative encore puisqu’il s’agit cette fois de la capitale d’un des pays européens les plus importants.

Si un immigré musulman a été élu maire, c’est avant tout parce que les personnes d’origine immigrée représentent une proportion désormais considérable de la population londonienne. C’est le principal enseignement de cette élection spectaculaire : le processus de Grand remplacement se poursuit à l’échelle de toute l’Europe de façon inexorable.

Travailliste, le nouveau maire a reçu également les suffrages des anglais « de souche » de gauche, favorables à la mise en place d’une société multiculturelle et multiraciale.

Les trois groupes d’acteurs sont donc bien en place, en Angleterre comme ailleurs en Europe. Les immigrés progressent dans leurs effectifs et savent que leur position de force ne peut que s’améliorer. La fraction « progressiste » de la société, conduite par la classe dirigeante, souhaite ou accepte l’évolution en cours et la mise en minorité à court terme de la population de souche. Quant aux autochtones de la classe populaire et de la classe moyenne, ils sont pour la plupart hostiles au processus en cours mais ne savent pas quel parti prendre et, comme sidérés, laissent faire. Bientôt ils auront perdu toute possibilité de réagir sur le plan électoral puisqu’ils seront devenus minoritaires.

En France la classe dirigeante, unanimement immigrationniste, s’est bien entendu réjouie de l’élection du maire musulman mais elle l’a faite de façon relativement discrète : à moins d’un an des élections nationales, il s’agit de ne pas provoquer l’électorat et de continuer à tirer parti de sa léthargie. Les médias les plus immigrationnistes ont quand même eu à cœur de saluer l’événement. L’éditorial du Monde du 9 mai se félicite ainsi de ce que les Londoniens aient préféré « l’ouverture, l’optimisme et la force de la diversité » (…) « au populisme, au sentiment anti-migrant et au repli nationaliste ». Le journal  salue l’accueil de cette « face éclairée de l’islam, religion ouverte,  intégrée à la culture et au mode de vie européens » et souhaite que ce message d’optimisme soit « exporté  Outre-Manche ». On le voit : l’élection du maire de Londres fait jubiler l’Anti-France.

 

  • Valls et le salafisme : les crispés et les consentants

Les déclarations de M. Valls (4 avril 2016),  selon qui le salafisme est en train de s’imposer dans les banlieues, ont provoqué au sein de la gauche un vigoureux débat. Celui-ci est particulièrement âpre pour la raison suivante : l’immigrationnisme de la gauche est en train de se retourner contre elle. Après avoir entraîné la perte de nombre de ses électeurs, passés au Front national, l’immigration provoque aujourd’hui une profonde division de la gauche.

Depuis quarante ans, sans discontinuer, la gauche mène, en alternance, avec la droite une politique immigrationniste résolue, au nom des valeurs de la république : égalité, liberté, universalisme. Or l’immigration étant pour l’essentiel musulmane, elle s’accompagne de l’implantation de l’islam, qui s’enracine et s’étend. Ce processus suscite à gauche deux types de réaction.

Une partie de la gauche souhaitait sinon l’assimilation des immigrés, du moins leur intégration à la société française c’est-à-dire leur adhésion aux « valeurs de la république ». Cette gauche « laïque » se cabre aujourd’hui en constatant que l’intégration ne se fait pas et que la croissance de l’islam vient mettre en cause certaines valeurs importantes pour elle telles que l’égalité homme-femme et la laïcité. Cette partie de la gauche recherche les moyens de promouvoir un « islam tolérant et intégré », un « islam des Lumières », un « islam Français ».  C’est cette aspiration qu’exprime M. Valls, comme avant lui M. Sarkozy.

Une autre partie de la gauche, gauchiste pour l’essentiel, considère qu’il est anormal d’imposer aux immigrés l’obligation de s’intégrer et de renoncer à des éléments importants de leur culture. Elle fait valoir que les injonctions adressées aux immigrés, sommés d’adhérer à nos valeurs, relèvent d’une démarche de type colonial et constituent en réalité l’expression d’un racisme et d’une volonté de discrimination. Elle estime de même que les pouvoirs publics n’ont pas à s’immiscer dans les choix de la communauté musulmane, qui, sauf à respecter la loi, doit pouvoir adopter si elle le souhaite une pratique rigoriste de l’islam. Cette gauche islamo-tolérante promeut  « le droit à la différence ».

Les événements qui se succèdent le montrent : la gauche est profondément divisée sur cette question de l’intégration des immigrés, autant qu’elle l’est sur les questions économiques et sociales entre sociaux libéraux et antilibéraux (les deux clivages ne se recoupant pas toujours d’ailleurs, ce qui accroît l’effet de division).

Les divisions de la gauche sur la question de l’intégration suscitent ces deux remarques finales :

Le camp « laïc » est particulièrement gêné. Il constate aujourd’hui les dégâts de l’immigration sans savoir comment en sortir puisqu’il ne veut en aucune manière remettre celle-ci en question. Pleurant sur les conséquences sans rien vouloir toucher aux causes, il se réfugie dans les vœux pieux, les slogans et les incantations, « islam laïc », « islam tolérant et modéré », « islam des Lumières », sans voir que ces formules sont des oxymores et que les principaux intéressés, les musulmans soi-disant modérés qu’ils courtisent, rient sous cape.

La gauche islamo compatible révèle, elle, sur cette question de l’intégration, sa vraie nature. Alors qu’elle est féministe militante, elle défend les immigrés, pour qui la femme est un être inférieur. En pointe dans la lutte contre l’homophobie, elle soutient une immigration largement hostile aux homosexuels.  Elle est athée et anticléricale mais soutient des immigrés le plus souvent musulmans fervents. Les contradictions de ceux que l’on peut désormais qualifier d’islamo-gauchistes ont une explication. C’est qu’en réalité leur motivation principale est et a toujours été la suivante : ils haïssent la France et sa société traditionnelle, ses coutumes et ses cadres ; ils haïssent le Français et l’Européen moyens ; ils haïssent l’homme Blanc. Pour assouvir leur haine et mener leur combat, ils s’allient avec les immigrés en train d’envahir l’Europe et de prendre la place.

 

  • L’affaire Baupin : les politiciens sont des prédateurs

L’affaire Baupin, ce député écologiste accusé de s’être livré au harcèlement sexuel, appelle différentes remarques et considérations. Elle revêt tout d’abord une dimension ironique : le parti écologiste appartenant au « camp du Bien » et comptant qui plus est dans ses rangs de nombreux féministes, il est piquant de voir aujourd’hui l’un de ses principaux responsables apparaître comme un beauf harceleur des plus vulgaires (rappelons que le parti écologiste est mis en cause aussi régulièrement que les autres formations politiques à propos du comportement de certains de ses cadres : Placé et ses notes de taxi, Lamblin et les accusations de blanchiment…).

Deuxième remarque. Venant après de nombreuses autres affaires, qui ne sont probablement pourtant que la partie émergée de l’iceberg, l’affaire Baupin le confirme : la plupart des politiciens échappent aux règles et à la morale commune. Les politiciens sont des prédateurs : ils doivent détruire les autres pour réussir, à commencer par ceux dont ils sont les plus proches. Ajoutons que leur vie déséquilibrée suppose pour être endurée l’utilisation fréquente de substances illicites. La réussite en politique suppose trois conditions : être doté d’un ego hypertrophié ; être obsédé par sa carrière et y consacrer toute sa vie, tout son temps, toute son énergie ; être absolument dépourvu de scrupules et d’intérêt pour l’autre. En sacrifiant  toute morale et tout équilibre de vie, les politiciens poursuivent un objectif puissant : les privilèges, le pouvoir, la puissance, qui procurent des effets aussi violents que les drogues. Les femmes sont l’un des butins sur lesquels les politiciens peuvent espérer mettre la main : ils sont donc également des prédateurs sexuels.

On n’attend pas d’un politicien qu’il soit un saint ni même forcément quelqu’un de valeur sur le plan humain (même s’il est préférable que sa vie personnelle ne soit pas en contradiction trop crue avec ses discours). Ce que l’on est en droit d’espérer, c’est que, sans négliger ses intérêts personnels, le politicien soit préoccupé dans une certaine mesure par l’intérêt général. Ce n’est pas manifestement pas le cas pour la plupart d’entre eux.

Dernière remarque. S’il est légitime de dénoncer les comportements du type de celui de M. Baupin, les accusations contre les harceleurs et les machos du monde politique comportent cependant une part non négligeable d’hypocrisie.  La politique (et les médias) sont en effet des milieux où de nombreuses femmes usent de leur féminité pour faciliter leur carrière, quand elles ne forment pas des couples avec des politiciens ni très jeunes ni très beaux, par attrait du pouvoir et des privilèges. Ces comportements mettent en évidence le caractère factice des manifestes et proclamations féministes.