Trois France désormais, qui se haïssent

Chronique de Paysan Savoyard

(n°214 – décembre 2018)

 

On ne sait quelles seront les conséquences à court et moyen terme du mouvement des gilets jaunes, sur le plan social, politique voire institutionnel. Cependant le mouvement a d’ores et déjà eu pour résultat de mettre en pleine lumière ce fait considérable : il y a désormais trois France. Ces trois France ont des intérêts antagonistes. Elles sont en confrontation. Elles sont devenues irréductiblement ennemies.

 

  • La première France soutient la classe dirigeante

La première France est la France de ceux qui soutiennent la classe dirigeante et la politique mondialiste, immigrationniste et libérale-libertaire qu’elle conduit depuis quatre décennies.

Cette France d’en haut est composée de trois strates. La première, dont les effectifs sont limités à quelques milliers de personnes, est constituée de la couche dirigeante elle-même : les propriétaires des entreprises du CAC 40, des banques et des médias ; les principaux politiciens et hauts fonctionnaires ; les principaux journalistes, éditorialistes et intellectuels médiatiques.

La seconde strate est composée de tous ceux qui tirent profit des évolutions économiques intervenues ces dernières décennies, la mondialisation et la libéralisation : les cadres en premier lieu, notamment ceux des secteurs en croissance, l’économie internet, médias et publicité, nouvelles technologies… Les commerçants et professions libérales, qui profitent du pouvoir d’achat des dirigeants et des cadres, appartiennent également à cette seconde strate. Celle-ci se complète d’un autre type de profil : les immigrationnistes par idéologie, que la perspective de la disparition des frontières, des nations et des peuples européens autochtones plonge en extase. Les membres de cette seconde strate appuient les politiques économiques mondialistes. Ils appuient la politique d’accueil de l’immigration. Ils appuient également les réformes sociétales mises en œuvre ces dernières décennies, telles que le mariage homosexuel, les politiques de discrimination positive ou encore la libéralisation progressive du cannabis. Ils habitent pour la plupart le centre des grandes agglomérations attractives. Parmi eux on trouve les fameux bobos, les bourgeois de gauche.

La troisième strate est constituée de tous ceux qui soutiennent la classe dirigeante par souci de maintenir l’ordre établi et de ne pas voir bouleverser une situation qui globalement leur convient. On trouve dans cette troisième strate en particulier la majorité des retraités, qui ont massivement voté Macron par souci de ne pas mettre en danger les pensions de retraite. Y appartiennent également la majorité des fonctionnaires, qui là encore ont voté Macron pour préserver une situation qui les sécurise. Les membres de cette troisième strate n’appuient pas les politiques suivies avec enthousiasme, à la différence de la strate précédente. Ils ne tirent pas un profit direct de la mondialisation. Ils se sentent peu concernés par les réformes libertaires. Ils ne sont pas enchantés par l’immigration, à laquelle ils se résignent. Ils ont souvent un certain âge et recherchent l’ordre avant tout (voir cette chronique et celle-ci).

Cette première France a fait bloc autour de la candidature de Macron, qui a rendu caduque la frontière traditionnelle entre gauche et droite : la bourgeoisie de gauche et la bourgeoisie de droite se sont réunies autour de Macron, le candidat de la classe bourgeoise par excellence. Son élection est l’événement qui a mis en évidence l’existence de cette première France de la manière la plus nette.

 

  • La France des immigrés

La deuxième France est constituée des immigrés. La classe dirigeante a organisé l’immigration non européenne, à partir du début des années soixante, pour des raisons économiques : l’immigration permet de peser à la baisse sur les salaires et les conditions d’emploi et de travail ; elle permet également d’augmenter le nombre des consommateurs et les débouchés des entreprises. L’immigrationnisme a également une motivation idéologique : construire un monde sans frontières, peuplé de « citoyens du monde ».

Le nombre des immigrés d’origine non européenne augmente au rythme actuel d’environ 4 à 500 000 par an, addition faite des naissances (350 000), des installations régulières (200 000) et irrégulières (au moins 100 000), en déduisant les décès et les quelques départs. La population originaire de l’immigration non européenne d’ores et déjà présente sur le sol de la métropole est comprise entre 15 et 18 millions. Du fait du droit du sol et des naturalisations massives, les deux-tiers de ces immigrés, le plus souvent nés en France, possèdent la nationalité française.

Le fonctionnement hors la loi des quartiers dans lesquels ils habitent le plus souvent, le contenu des clips de rap, la montée en puissance continue de l’islam et du communautarisme, tout montre que ces immigrés ne sont pas intégrés à la société française et qu’ils n’ont jamais cherché à l’être. L’enjeu pour eux est moins que jamais de s’intégrer : ils savent que leur nombre ne cesse d’augmenter et que d’ici deux ou trois décennies ils vont devenir majoritaires dans les classes d’âge les plus jeunes (voir cette chronique).

Cette deuxième France est pour l’instant alliée à la première et appuie en toute logique la politique immigrationniste que celle-ci conduit. Lorsqu’ils votent, les immigrés apportent leurs suffrages à la classe dirigeante et pèsent déjà sur les résultats électoraux. Cependant une partie significative de la communauté immigrée est d’ores et déjà passée à une autre étape et soutient l’islam militant.

Deux moments ont mis en évidence l’existence à part entière de cette deuxième France, et son autonomie voire sa rupture avec le reste de la société française : les trois mois d’émeutes des banlieues en 2005 ; et l’attentat de Merah en 2012, premier d’une longue série qui, de toute évidence, n’aura plus de fin. Merah né en France et de nationalité française, comme la plupart des terroristes…

 

  • La France moyenne de souche

La troisième France est celle des Français moyens de souche européenne. Ces Français moyens blancs sont les victimes des quatre évolutions catastrophiques intervenues ces vingt dernières années.

La première évolution défavorable est la délocalisation de l’industrie dans les pays à bas-coûts, qui a fait basculer la moitié des régions françaises dans le chômage, l’assistanat et la désertification. La deuxième est l’enrichissement formidable des riches et l’augmentation de leur nombre, en France, en Europe et dans le monde, qui a notamment entraîné une envolée des prix de l’immobilier dans le centre des grandes villes, repoussant les Français moyens dans la périphérie des agglomérations. La troisième évolution défavorable est le matraquage des taxes, impôts et cotisations qui s’est fortement accru et qui pèse essentiellement sur les Français moyens, c’est-à-dire les Français qui ne sont ni riches, ni assistés, ni immigrés (voir cette chronique). La dernière évolution, la plus grave, est l’immigration massive, qui a désormais pris la dimension d’une invasion. Cette immigration de masse a notamment pour effet d’exercer une pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. Elle a également contribué à repousser les Français moyens de souche dans les zones périurbaines : évincés des centre-villes par les prix, les Français moyens ont été chassés des banlieues par la présence massive et désormais presque exclusive des immigrés.

Le mouvement des gilets jaunes vient de mettre en pleine lumière l’existence de cette troisième France, la France moyenne de souche. On aura noté que les deux autres France n’ont rien de commun avec ce mouvement. La première France, qui en est la cible, lui est naturellement hostile : la classe dirigeante et ceux qui votent pour elle ont exhalé ces dernières semaines tout le mépris que leur inspirent les gilets jaunes. Quant à la France immigrée, elle est restée tout à fait étrangère aux gilets jaunes, sauf pour se charger des pillages en marge des manifestations.

Le mouvement des gilets jaunes montre avec clarté que les trois France sont désormais antagonistes et mêmes ennemies. En témoigne la haine que l’on peut sentir au sein de ce mouvement à l’égard de M. Macron, des politiciens du Système et des journalistes. La France moyenne a désormais tout à fait conscience de ce que la classe dirigeante ne lui veut pas du bien et agit en fonction d’intérêts qui n’ont rien à voir avec les siens. Elle sait maintenant que la classe dirigeante la trahit.

**

Les émeutes de 2005, les attentats de Merah en 2012, l’élection de Macron en 2017, le mouvement des gilets jaunes en 2018, tels sont les événements qui ont mis en évidence avec le plus de clarté l’état de la France du début du 21e siècle.

Trois France, donc, qui n’ont plus rien en commun, sauf le mépris mutuel qu’elles se portent. Trois France qui se haïssent. Trois France entrées dans une logique de guerre civile (voir cette chronique).

Un commentaire sur “Trois France désormais, qui se haïssent

  1. […] information nationaliste Non classé 26 décembre 2018 4 Minutes Deux moments ont mis en évidence l’existence à part entière de cette deuxième France et son autonomie voire sa rupture avec le reste de la société française : les trois mois d’émeutes en 2005 ; et l’attentat de Merah en 2012, premier d’une longue série qui, de toute évidence, n’aura plus de fin. • La troisième France est la France moyenne de souche La troisième France est celle des Français moyens de souche européenne. Ces Français moyens blancs sont les victimes des quatre évolutions catastrophiques intervenues ces vingt dernières années. La première évolution défavorable est la délocalisation de l’industrie dans les pays à bas-coûts, qui a fait basculer la moitié des régions françaises dans le chômage, l’assistanat et la désertification. La deuxième est l’enrichissement formidable des riches et l’augmentation de leur nombre, en France, en Europe et dans le monde, qui a notamment entraîné une envolée des prix de l’immobilier dans le centre des grandes villes, repoussant les Français moyens dans la périphérie des agglomérations. La troisième évolution défavorable est le matraquage des taxes, impôts et cotisations qui s’est fortement accru et qui pèse essentiellement sur les Français moyens, c’est-à-dire les Français qui ne sont ni riches, ni assistés, ni immigrés. La dernière évolution, la plus grave, est l’immigration massive, qui a désormais pris la dimension d’une invasion. Cette immigration de masse a notamment pour effet d’exercer une pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. Elle a également contribué à repousser les Français moyens de souche dans les zones périurbaines : ces Français moyens ont donc été évincés des centre-villes par les prix et chassés des banlieues par la présence massive et désormais presqu’exclusive des immigrés. L’événement qui vient de mettre en pleine lumière l’existence de cette troisième France, la France moyenne de souche, est le mouvement des gilets jaunes. On aura noté que les deux autres France n’ont rien de commun avec ce mouvement. La première France, qui en est la cible, lui est naturellement hostile : la classe dirigeante et ceux qui votent pour elle ont exhalé ces dernières semaines tout le mépris que leur inspirent les gilets jaunes. Quant à la France immigrée, elle est restée tout à fait étrangère aux gilets jaunes, sauf pour se charger des pillages en marge des manifestations. Le mouvement des gilets jaunes montre avec clarté que les trois France sont désormais antagonistes et mêmes ennemies. C’est ce qui explique la haine que l’on peut sentir au sein de ce mouvement à l’égard du gouvernement et en particulier de M. Macron : les Français moyens ont désormais tout à fait conscience que la classe dirigeante ne leur veut pas du bien et agit en fonction d’intérêts qui n’ont rien à voir avec les leurs. • Une situation de confrontation des trois France, sans débouché politique La situation présente, qui voit les trois France être désormais en position d’antagonisme, apparaît sans débouché politique. Le Rassemblement national est le parti qui correspond le mieux aux aspirations de la France moyenne de souche. Mais 2017 a apporté la preuve que son accession au pouvoir était impossible. Pour trois raisons. D’abord du fait de la faiblesse de son leader, qui a montré qu’elle ne possédait pas et ne posséderait jamais une stature présidentiable. Ensuite parce que les immigrés qui participent au vote seront toujours plus nombreux. Enfin et surtout parce qu’une partie importante des Français moyens de souche, à commencer par les retraités et les fonctionnaires, se refusent à voter RN afin de maintenir le statu quo et de préserver une situation qui jusqu’à présent leur convient. L’électorat de droite est profondément divisé. Sa partie bourgeoise se sent proche de Macron, a voté pour lui en 2017 et ne veut à aucun prix d’une alliance avec le RN. L’autre partie de l’électorat de droite aspire au contraire à une alliance avec le RN, avec lequel il partage les mêmes analyses et les mêmes inquiétudes sur la question centrale de l’immigration. Mais les responsables de droite ne semblent pas disposés à envisager une telle alliance : ils misent plutôt sur un échec de Macron qui mettra la droite en bonne place pour gouverner de nouveau à la prochaine élection. Il faut dire un mot de l’extrême-gauche. Elle se prétend, par définition, proche du peuple : en réalité, plusieurs éléments montrent que nolens volens elle se situe du côté de la classe dirigeante. L’extrême-gauche, premièrement, appuie les réformes sociétales que celle-ci conduit. Elle partage deuxièmement avec la classe dirigeante le principe de l’universalisme et appuie pour cette raison la politique immigrationniste. Comme la classe dirigeante, troisièmement, l’extrême-gauche désigne l’extrême-droite comme l’ennemi principal. Au moment des élections, elle soutient les partis du Système : soit elle appelle à « faire barrage à l’extrême-droite » ; soit elle s’abstient, comme en 2017, ce qui revient à laisser élire le candidat du Système. On peut ajouter, quatrièmement, que les casseurs d’extrême-gauche, « antifas » et autres « blacks blocks », servent les gouvernements du Système : ceux-ci peuvent ainsi, comme aujourd’hui Macron, rejeter « les extrêmes » et prendre la posture avantageuse du juste milieu. ** Trois France, donc, qui n’ont plus rien en commun, sauf le mépris et la détestation qu’elles se portent mutuellement. Trois France qui se haïssent. Trois France qui sont entrés dans une logique de guerre civile. https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com/2018/12/26/trois-france-desormais-qui-se-haissent/ […]

    J'aime

Les commentaires sont fermés.